MAGGIE, l’avion solaire martien prêt à chasser l’eau depuis le ciel

MAGGIE avion Mars
Représentation artistique de l'explorateur intelligent global aérien et terrestre de Mars (MAGGIE). Crédits : Ge-Cheng Zha

La recherche d’eau sur Mars pourrait bientôt s’étendre au-delà des sols martiens grâce à un projet ambitieux baptisé MAGGIE (Mars Aerial and Ground Intelligent Explorer). Récemment financé par la NASA, MAGGIE représente un pas en avant dans la recherche de ressources vitales sur la planète rouge. Ce projet novateur vise en effet à explorer la planète depuis les hauteurs de son atmosphère, marquant un changement majeur dans les stratégies d’exploration.

Le pionnier Ingenuity

Toujours actif sur Mars, le petit hélicoptère Ingenuity a déjà dépassé toutes les attentes en effectuant plus de 70 décollages, bien au-delà de sa mission initiale prévue de cinq vols. En collaboration avec le rover Perseverance, il participe à une mission visant à rechercher des signes de vie passée dans les restes d’anciens cours d’eau.

Le giravion est toujours à ce jour le seul engin motorisé à avoir réussi à voler sur une autre planète. Il aura ainsi ouvert la voie à d’autres véhicules du même genre qui permettront une exploration inédite de la planète rouge.

MAGGIE, proposé dans le cadre du programme NASA Innovative Advanced Concepts (NIAC) qui vise à encourager le développement de concepts novateurs et de technologies révolutionnaires pour les futures missions spatiales, est l’un de ces engins.

perseverance ingenuity Chine MAGGIE
L’hélicoptère Ingenuity photographié par le rover Perseverance le 16 avril 2023. Crédits : NASA/JPL-Caltech/ASU/MSSS

Une capacité d’exploration inégalée

Cet avion à énergie solaire serait en effet lui aussi conçu pour décoller et atterrir verticalement. Cependant, à l’inverse d’Ingenuity, le véhicule pourrait parcourir jusqu’à 16 000 km au cours d’une année martienne à une altitude de mille mètres au-dessus de la surface martienne. Selon sa fiche technique, il serait également capable de voler jusqu’à 179 km avec une seule charge.

À une telle altitude, MAGGIE se concentrerait sur trois enquêtes atmosphériques et géophysiques. Elles incluent une étude de l’origine et du moment de la dynamo du noyau martien à partir des faibles champs magnétiques trouvés dans les grands bassins d’impact, et une enquête régionale sur la source des signaux de méthane détectés par le rover Curiosity dans le cratère Gale. Enfin, il sera question de cartographier la présence de glace d’eau souterraine à haute résolution aux latitudes moyennes où elle a été observée depuis l’orbite.

L’étude conceptuelle du système MAGGIE indique également que le concept semble réalisable. Néanmoins, il devra être étudié, conçu et vérifié plus en détail dans les conditions atmosphériques martiennes. En effet, elles diffèrent considérablement de celles observées sur Terre.

Le financement de la phase 1 du programme NIAC ouvre la voie au développement continu de ce projet, bien que cela ne garantisse pas une date de vol future. En cas de succès, MAGGIE serait alors en mesure d’effectuer la première mission atmosphérique à l’échelle mondiale sur Mars et de révolutionner notre capacité à explorer la quasi-totalité de sa surface.