in

Que s’est-il passé lors de la récupération des corps de l’épave du Titanic ?

Crédits : Wikimedia Commons

Le CS Mackay-Bennett, un navire britannique chargé de réparer les câbles sous-marins mis en service en 1884, est surtout connu pour avoir été chargé de repêcher les dépouilles des victimes du naufrage du Titanic en avril 1912. Cependant, tout ne s’est pas passé comme prévu. Même dans la mort, tous les passagers du Titanic n’ont pas été traités de la même manière.

Lorsque le Titanic commença à sombrer dans les eaux glacées de l’atlantique nord dans la nuit du 14 au 15 avril 1912, certains passagers eurent la chance de pouvoir intégrer les quelques canaux de sauvetage. Dans l’embarcation numéro 8 figurait notamment Ella White, 55 ans à l’époque, qui n’hésita pas à se servir de sa canne « lampe torche » pour alerter les sauveteurs. Pour la plupart, les autres eurent cependant beaucoup moins de chance, se retrouvant finalement dans l’eau avant de mourir de froid. Il fallut ensuite récupérer les corps.

Trop de corps, pas assez de place

C’est le CS Mackay-Bennett, un navire britannique normalement chargé de réparer les câbles sous-marins dans l’Atlantique Nord, qui se chargea de l’affaire, à la demande la White Star Line, copropriétaire du RMS Titanic. Le bâtiment partit d’Halifax, en Nouvelle-Écosse, transformé en véritable « navire morgue ». À bord, on chargea une centaine de cercueils, tout le liquide d’embaumement de la ville et environ cent tonnes de glace de manière à pouvoir conserver les corps en transit. En réalité, ce ne fut pas suffisant.

Sur place, l’équipage trouva en effet beaucoup plus de corps que prévu, la plupart retenus au-dessus de l’eau par des gilets de sauvetage, flottant dans l’eau glacée. Très vite, le Capitaine prit conscience qu’il ne pouvait pas ramener tout le monde. Environ un tiers des 328 cadavres (sur 1 500 victimes) récupérés par le CS Mackay-Bennett et trois autres navires de récupération furent finalement laissés sur place.

Mackay_Bennett titanic
Le câblier Mackay Bennett, qui fut chargé de récupérer les corps des victimes du naufrage du Titanic. Auteur inconnu. Source : Wikipédia

Lutte des classes

Le choix ne fut pas fait au hasard. En mars 2017, plusieurs médias britanniques publièrent en effet des télégrammes soulignant quelques échanges entre le Mackay-Bennett et la White Star Line. On apprenait alors qu’en raison du manque de fourniture d’embaumement et d’espace à bord du navire, l’équipe de récupération avait reçu l’ordre de repêcher en priorité les passagers de 1re et 2e classes.

L’une des raisons de la décision était notamment d’ordre financier. L’assurance-vie, un domaine relativement nouveau à l’époque, n’aurait pas été payée sans la présence des corps. Les responsables estimèrent alors que les passagers les plus riches étaient plus susceptibles d’en avoir une.

Les corps présumés être des passagers de première classe (de par leur tenue vestimentaire, leur apparence et leurs effets personnels) furent alors embaumés et placés dans des cercueils, tandis que ceux de deuxième classe furent embaumés et enveloppés de toile. Les autres ne furent enveloppés que d’une toile avant d’être jetés en mer.

Au bout du compte, parmi les corps découverts lors de ces « croisières de la mort », comme les appelait la presse à l’époque, les membres d’équipage étaient 36 % plus susceptibles d’être laissés en mer que les autres passagers, tandis que les passagers de troisième classe étaient 46 % plus susceptibles de les rejoindre. Les passagers de seconde classe étaient quant à eux 69% plus susceptibles d’être amenés à terre. Seul un seul passager de première classe supérieure fut laissé en mer.