in

La Lune contenait probablement de très grandes quantités d’eau au moment de sa formation

Crédits : Pixabay

Une étude suggère que la Lune contenait probablement de très grandes quantités d’eau au moment de sa formation, il y 4 milliards d’années. Elle indique également que la Lune pourrait posséder encore aujourd’hui de grands réservoirs d’eau.

Nous sommes aujourd’hui capables de recréer en laboratoire quelques-uns des phénomènes physiques survenus il y a des milliards d’années. Yanhao Lin et ses collaborateurs de l’Université d’Amsterdam, eux, ont recréé à plus petite échelle (en milligrammes) le magma lunaire initial tel qu’il existait il y a 4 milliards d’années lors de sa formation. La croûte lunaire primordiale liquéfiée était alors composée principalement de silicium et d’oxygène, avec une pincée de magnésium, de calcium, de fer, de titane et d’aluminium. Telle est la recette révélée par les données sismiques recueillies par la mission Apollo. En reproduisant ensuite la phase de refroidissement du magma lunaire et en y ajoutant une fraction d’eau comprise entre 0,5 à 1 % en masse, les chercheurs sont alors parvenus à reproduire les types de roches retrouvées sur la Lune.

Les chercheurs néerlandais, qui publient leurs résultats dans la revue Nature Geoscience, démontrent également que le mélange aqueux obtenu produit une couche superficielle de plagioclases, des roches de la famille des feldspaths qui sont les composants dominants de la croûte lunaire. Or, une fois extrapolée à la taille de la Lune, cette couche ferait une épaisseur comprise entre 34 et 43 km, ce qui se trouve être tout à fait cohérent avec des mesures indirectes effectuées en 2013 autour de la Lune. Sans eau, la couche de plagioclases s’avère être deux fois plus épaisse avec une épaisseur de 68 kilomètres sur la Lune très supérieure à ce qui a été mesuré. Les chercheurs concluent alors que la géologie lunaire n’a pu évoluer pour donner la Lune que l’on voit aujourd’hui que si de l’eau était présente très tôt dans son histoire, et ce, en abondance.

Le fait que de grandes quantités d’eau soient présentes lors de la formation de la Lune suggère également que de l’eau pouvait aussi être présente sur Terre dès sa formation et n’aurait donc pas été apportée ultérieurement par des comètes ou des météorites comme on le pense majoritairement aujourd’hui. Les chercheurs estiment qu’il subsisterait encore aujourd’hui de vastes réservoirs d’eau sur la Lune. Une raison suffisante pour y envoyer à nouveau du monde ?

Source

Notez cet article