in

La Lune aura bientôt son propre réseau mobile !

Crédits : Capture YouTube / Vodafone Group

Quatre entreprises vont s’associer pour envoyer un petit appareil sur la Lune, visant à établir un réseau sans fil 4G sur place. Pour envoyer leur appareil, ils ont fait appel à SpaceX, et le lancement est prévu pour 2019.

Ce serait quand même un comble. Ne pas pouvoir se connecter dans le métro, dans vos toilettes, ou au fin fond de la campagne, alors que des astronautes postés sur la Lune pourraient tranquillement surfer sur le net. Les sociétés de télécommunications Vodafone Allemagne et Nokia, ainsi que la compagnie automobile allemande Audi et d’autres ingénieurs de PTScientists s’associeront en effet pour bientôt mettre au point un appareil permettant une connexion 4G aux astronautes. Cet appareil pèsera environ 1 kilogramme.

Les vitesses auxquelles les astronautes pourront surfer sur le Web ne seront pas aussi rapides qu’elles pourraient l’être sur Terre, mais le réseau mobile de la Lune leur permettra de rester connectés sur de plus grandes distances. Il permettra également à deux robots (dont le Audi lunar quattro) déjà présents sur la Lune de communiquer directement avec la Terre. Il pourront transférer des données scientifiques et des vidéos HD tout en approchant et en étudiant le véhicule lunaire Apollo 17 de la NASA, la dernière mission du programme spatial Apollo à emmener des hommes à la surface de la Lune en décembre 1972.

« Ce projet implique une approche radicalement innovante du développement de l’infrastructure de réseau mobile », explique le directeur général de Vodafone Allemagne, Hannes Ametsreiter, dans un communiqué. Marcus Weldon, directeur des systèmes d’information de Nokia et président de Bell Labs, note par ailleurs que « cette mission importante supporte, entre autres, le développement de nouvelles technologies spatiales pour la mise en réseau, le traitement et le stockage des données futures, et contribuera à faire progresser l’infrastructure de communication requise pour les universitaires, l’industrie et les établissements d’enseignement dans la recherche lunaire ». Il poursuit en affirmant que « ces objectifs peuvent avoir de vastes implications pour de nombreuses parties prenantes et l’humanité dans son ensemble ».

De son côté, Robert Boehme, PDG et fondateur de PTScientists, note qu’il s’agit ici d’une « première étape cruciale pour l’exploration durable du système solaire ». Afin que l’humanité puisse quitter le berceau de la Terre, « nous devons développer des infrastructures au-delà de notre planète mère ». Les chercheurs prévoient un lancement sur la Lune en 2019 à bord d’une fusée Falcon 9, de SpaceX.

Source