in

Lunar Mission One : La première mission spatiale financée par les internautes

Crédits : Capture vidéo

Armstrong, nous voilà ! Et il est aussi bien question de Louis que de Neil. En effet, Lunar Mission One propose à l’Homme de retourner, comme son nom l’indique, sur notre cher satellite. Cette aventure, financée par les internautes, se fera à travers un robot qui transportera des données choisies par ces derniers.

À la recherche d’une explication de l’origine de la lune :

L’intérêt scientifique de cette mission est d’extraire une carotte de la Lune à une profondeur d’au moins 20 mètres, mais l’institut a pour ambition d’aller jusqu’à 100 mètres. L’objectif est d’atteindre la roche datant de 4,5 milliards d’années et de l’analyser afin de répondre à un débat auquel se heurtent les scientifiques. Pour l’instant, nous savons que la Lune s’est formée suite à la collision de la Terre avec une autre plus petite planète nommée Théia.

D’après les simulations informatiques, les débris éjectés à la suite du choc proviennent essentiellement de Théia. « Or, les analyses des roches lunaires et terrestres réalisées ces dix dernières années attestent que leur composition, notamment dans les différentes formes d’oxygène, est identique. Cela laisse penser que les deux corps se sont formés à partir du même matériel », précise Bernard Bourdon, du laboratoire de géologie de l’ENS de Lyon.

Des scientifiques ont donc avancé l’hypothèse que si la Terre tournait à raison de 2,5 fois par heure, alors la majorité des débris proviendraient de celle-ci et elle aurait absorbée par le même temps Théia. En vue de répondre à cette problématique, les carottes extraites seront analysées sur place grâce à un laboratoire automatisé. La poussière lunaire fera également l’objet d’une étude. Ici, le but sera de rechercher des traces éventuelles d’oxygène et d’hydrogène. L’intérêt est de rechercher des sources énergétiques pour une possible future base permanente au pôle sud lunaire.

Laisser une trace de l’homme dans l’espace

Quand le robot aura réalisé l’alunissage, il forera le sol à la recherche de minerai puis il déposera un coffret-mémoire. Celui-ci sera constitué d’espaces numériques et de petits espaces physiques. Les citoyens de la Terre pourront y déposer par exemple des musiques ou des messages électroniques voire une mèche de cheveux.

Toutefois, il faut nuancer cette information. En effet, seules les personnes qui auront participé financièrement au projet pourront en profiter. Eh oui, ce projet spatial a la particularité d’être le premier financé « directement » par les internautes et non par un gouvernement ou une institution scientifique. Plus de 6000 donateurs ont ainsi participé sur Kickstarter à une hauteur de 672’447 £, soit 864’110,82 € ou plus d’un million de dollars.

Cette somme ne suffit hélas pas pour financer à elle seule le coût d’une exploration spatiale. Le plus gros de la campagne commerciale sera lancé en 2019 afin de collecter les 999 millions de dollars encore nécessaires.

 Par Karl PERCHÉ

Sources : Kickstarter.com, La recherche.fr, Lunar mission one, Slate