in

L’un des secrets de la construction des pyramides enfin percé

Crédits : Alex lbh / Wikimedia Commons

Comment les égyptiens parvenaient-ils à traîner des blocs de pierre pouvant peser plusieurs tonnes à travers le désert ? Voilà une question qui n’a eu de cesse de torturer les esprits et qui a donné naissance à une pléthore de théories. Pourtant, la solution de ce mystère semble finalement être d’une simplicité enfantine comme l’atteste la découverte réalisée par une équipe de physiciens néerlandais..

Alors, quelle est la réponse à cette énigme vous demandez-vous ? Eh bien, il semblerait que les égyptiens se contentaient simplement de mouiller le sable présent devant eux pour faciliter le glissement de la pierre.

L’utilisation de cette méthode était déjà suspectée depuis des années par certains archéologues suite à la découverte au début des années 2000, dans la tombe de Djehutihotep, d’une fresque mettant en scène un homme à l’avant d’un traîneau envtrain de verser du liquide sur le sable devant lui. Pour autant, il aura fallu attendre tout ce temps pour que des physiciens néerlandais de l’Université d’Amsterdam et de la Fondation pour la recherche fondamentale sur la matière (FOM) prouvent l’efficacité de ce procédé.

Tout est une question de juste dosage

Des tests effectués en laboratoire ont ainsi montré que si l’humidité du sable était correctement dosée, la force de traction pouvait alors être diminuée de moitié. En effet, si l’on ajoute de l’eau au sable, des « ponts capillaires » se forment alors entre les particules et le mélange devient plus compact, facilitant de ce fait le déplacement d’un bloc de pierre. A l’inverse, si trop d’eau est ajoutée, de la boue se forme et c’est l’effet inverse qui est obtenu.

Par ailleurs, outre l’importance archéologique que revêt cette découverte, cette dernière permettra également de mieux comprendre le comportement d’autres matériaux granuleux et donc d’améliorer l’efficacité des transports à travers le monde.

Lien vers les résultats de l’étude publiée le 29 avril dans les « Physicial Review Letters » (en anglais)

Des mystères restent encore à être élucidés

Bien que cette explication devrait maintenant faire l’unanimité, marquant de ce fait une grande avancée dans le domaine de l’égyptologie, il reste cependant encore bon nombre d’énigmes à élucider concernant les procédés qui ont permis la construction des monuments égyptiens..

Sources:  7sur7 Rtlinfo