in

L’un des pulsars les plus lents jamais observés entame une seconde jeunesse

Crédits : Iopscience

Une équipe internationale de chercheurs annonce la découverte du pulsar le plus lent trouvé dans un amas globulaire. Il est situé dans la galaxie d’Andromède, notre voisine cosmique.

Vous retrouverez ce jeune pulsar prénommé XB091D dans l’un des plus anciens groupes d’étoiles globulaires dans la galaxie d’Andromède, les restes de ce qui fut probablement autrefois une galaxie naine happée par la plus grande. Lorsqu’une étoile massive meurt faute de carburant, elle finit soit en trou noir soit en étoile à neutron selon sa masse. Un pulsar, c’est une étoile à neutrons qui tourne très rapidement sur elle-même, produisant un signal périodique allant de l’ordre de la milliseconde à quelques dizaines de secondes. XB091D est quant à lui un pulsar X binaire, il est donc accompagné d’une étoile « normale » et se permet même de lui arracher un peu de matière. Sans elle, l’étoile à neutrons ralentit pour finalement atteindre une période de rotation entre 1 s et 10 s.

Ce fut notamment le cas pour XB091D qui peut se targuer d’être le pulsar le plus lent jamais découvert au sein d’amas globulaire. Pour mettre cela en perspective, la période de rotation ici mesurée est exceptionnellement longue : 1,2 s. Il fait donc moins d’un tour sur lui-même en 1 seconde. Le précédent record de lenteur pour un pulsar situé dans un amas globulaire était dix fois plus rapide. Mais en se couplant avec une étoile ordinaire il y a environ un million d’années selon les estimations, ce pulsar entame une seconde jeunesse.

En arrachant de la matière à son compagnon grâce à son immense champ magnétique, l’étoile à neutrons se retrouve alors peu à peu « dopée » et accélère, peu à peu. Selon les chercheurs, la vitesse de rotation pourra être multipliée par mille en quelques centaines de milliers d’années. Notez que la densité en étoiles au centre de l’amas globulaire est environ dix millions de fois plus forte que dans le voisinage du Soleil. Donc autant vous dire que les rencontres ne sont pas rares dans cette petite région du ciel.

Source