in ,

La découverte d’un nouveau type de cellules offre une lueur d’espoir pour les diabétiques de type 1

Crédits iStock

Une équipe de chercheurs annonce avoir découvert un nouveau type de cellules productrices d’insuline jusqu’ici passées inaperçues dans le pancréas, offrant un nouvel espoir de pouvoir un jour guérir du diabète.

Représentant un cas sur dix, le diabète de type 1 se caractérise par une incapacité du pancréas à produire une quantité suffisante d’insuline. Il résulte de la destruction des cellules du pancréas productrices de l’hormone insuline (les îlots de Langherans). Des injections quotidiennes permettent de contrôler la maladie, mais pas de la guérir. Une étude récente pourrait néanmoins donner un second souffle à la lutte contre cette pathologie. Un nouveau type de cellule jusqu’ici passé inaperçu logé dans le pancréas pourrait nous mener vers une meilleure compréhension de la maladie et pourquoi pas un traitement.

Étant donné que l’insuline est l’hormone qui régule notre glycémie, les diabétiques de type 1 dépendent donc de l’injection régulière d’insuline. Le but sera de trouver à l’avenir un moyen de régénérer les cellules bêta du patient et de les empêcher d’être « attaquées » par la suite. La découverte de ces cellules inconnues jusqu’alors et surnommées « cellules bêta vierges » pourrait nous ouvrir la voie vers la régénération des cellules bêta et nous fournir un aperçu des mécanismes fondamentaux de la maladie.

Une équipe de chercheurs menée par le Dr Mark Huising, de l’Université de Californie, détaille dans la revue Cell Metabolism avoir étudié des tissus humains et de souris de ces régions du pancréas appelées « îlots de Langerhans » qui contiennent les cellules bêta détectant les niveaux de sucre dans le sang et produisant de l’insuline en réponse chez un Homme en bonne santé ou chez la souris. Nous savons aussi que ces îlots contiennent des cellules appelées cellules alpha qui produisent du glucagon, une hormone qui augmente la glycémie. Ces cellules alpha combinées avec les cellules bêta hypoglycémiques permettent ainsi de réguler les taux de glycémie. Mais chez les patients diabétiques de type 1, la machine est enrayée : les cellules bêta sont tuées par le système immunitaire et ne se régénèrent pas.

En analysant ces tissus de souris et humains au microscope, les chercheurs ont découvert un nouveau type de cellules. Une étude plus approfondie a révélé que ces nouvelles cellules dites « bêta vierges » pourraient créer de l’insuline. En revanche, elles n’ont pas les récepteurs pour détecter le glucose et ne peuvent donc pas fonctionner comme des cellules bêta normales. Cependant, l’équipe de Huising a pu observer des cellules alpha dans l’îlot se transformer en cellules bêta immatures puis mûrir en vraies cellules bêta, ce qui représente une voie de génération de cellules alpha complètement inattendue.

Mark Huising/UC Davis

Il s’agit là d’un résultat passionnant pour trois raisons. Tout d’abord, nous parlons ici d’une nouvelle population de cellules bêta qui n’étaient pas connues auparavant. Deuxièmement, elle fournit également une nouvelle source potentielle de cellules bêta qui pourraient être utilisées pour traiter les diabétiques. Et enfin, comprendre comment ces cellules se transforment en cellules bêta fonctionnelles pourrait aider dans le développement de thérapies de cellules souches pour le diabète. Cette compréhension de base des cellules dans les îlots pourrait également aider à la compréhension du diabète de type II où les cellules bêta ne meurent pas, mais deviennent inactives et ne sécrètent plus ou ne libèrent pas d’insuline.

Source