LSD : de très faibles doses pour profiter des bienfaits sans les inconvénients ?

LSD drogue
Crédits : Jun / iStock

Par le biais d’une étude récente, des chercheurs américains et allemands ont tenté de démontrer que de faibles doses de LSD pouvaient conférer au cerveau certains avantages. Les participants de l’étude auraient justement profité des avantages de cette drogue sans en ressentir les effets négatifs.

Éviter l’altération de la conscience

Tout d’abord, rappelons que le diéthyllysergamide (LSD) est une drogue hallucinogène puissante synthétisée depuis la première moitié du XXe siècle. Dérivé de composés provenant de l’ergot du seigle (Claviceps purpurea), un champignon ascomycète, le LSD est évidemment prohibé, mais fait assez régulièrement l’objet d’expérimentations médicales. L’étude la plus récente incluant ce psychotrope a été publiée dans la revue Neuropsychopharmacology le 29 janvier 2024. L’équipe de chercheurs de l’Université of Chicago (États-Unis) et de l’Université de Tübingen (Allemagne) a recruté 21 adultes en bonne santé pour leur expérience. Cette dernière consistait à utiliser des microdosages de LSD avec pour objectif d’activer certains récepteurs de sérotonine dans le cerveau sans altération de la conscience.

Les participants de l’étude ont été séparés en trois groupes. Les membres du premier groupe ont pris un placebo, ceux du second groupe une dose de 13 µg de LSD et ceux du dernier, une dose de 26 µg de LSD. Ensuite, les chercheurs ont testé l’activité cérébrale des volontaires au moment où l’effet de la drogue était le plus fort. Un questionnaire a également été soumis aux participants afin d’évaluer leur ressenti concernant les potentiels changements au niveau du cerveau.

Selon les résultats, les membres du groupe qui prenait 26 µg ont vu leur complexité neuronale augmenter de 12 % par rapport aux membres du groupe placebo. Toutefois, aucune altération de leur conscience ne fut observée, ce qui avait d’ailleurs été plus ou moins prévu par les auteurs. Les volontaires ont néanmoins mentionné de légères hausses de l’anxiété et de l’excitation. En revanche, l’objectif a été atteint, car ces microdoses ont permis d’améliorer le bien-être des participants en diminuant notamment la perception de la douleur.

LSD drogue
Crédits : Roman Budnyi / iStock

Des travaux à poursuivre

L’expérience a été reproduite sur d’autres échantillons de participants, mais cette fois, le LSD a été remplacé par deux autres substances : le delta-9-tétrahydrocannabinol (THC), le cannabinoïde le plus connu et le plus étudié, ainsi que la méthamphétamine. Les résultats ont permis d’observer des changements dans la conscience des participants pour le THC, mais pas pour la méthamphétamine, sans toutefois modifier la complexité neuronale. Pour les scientifiques, ces résultats prouvent qu’il n’est pas nécessaire d’augmenter la complexité neuronale pour altérer les états de conscience.

Malgré une conclusion plutôt encourageante, les chercheurs admettent qu’il est encore trop tôt pour préciser les possibles effets psychédéliques des microdoses de LSD. Dans la mesure où les échantillons de participants sont restreints, des recherches plus vastes sont nécessaires afin d’acquérir davantage de certitudes. Pour l’instant, il est donc impossible d’affirmer avec fermeté que les microdoses de LSD n’ont absolument aucun effet sur la conscience. De plus, se pose également la question des risques pour la santé, bien qu’il soit question de doses de 26 µg seulement.

En cas de succès, ces travaux devraient ouvrir la voie vers de nouvelles pistes thérapeutiques adaptées aux personnes atteintes de différents troubles cognitifs et comportementaux, par exemple la dépression.