in

Il y a 130 ans, Londres voulait construire sa propre tour Eiffel

Crédits : Luc Mercelis / Flickr

Symbole de la capitale française et site touristique de premier plan, la tour Eiffel est connue mondialement. Après sa construction à la fin du XIXe siècle, Londres, la principale ville concurrente de Paris, désirait obtenir un monument plus imposant.

Une histoire de concurrence

La France et l’Angleterre ont un passé commun plutôt houleux marqué par de nombreuses guerres, la plus célèbre étant sans doute la guerre de Cent Ans (1337-1453). Après les derniers échecs de Napoléon au début du XIXe siècle, la paix entre les deux pays ne fait quasiment plus aucun doute, mais la concurrence toujours là, surtout sur les plans économique et culturel. Leurs deux capitales n’échappent donc pas à cette concurrence pacifique.

En deux ans, l’ingénieur français Gustave Eiffel et ses collaborateurs construisirent la tour Eiffel afin de célébrer le centenaire de la Révolution française. Elle avait été présentée lors de l’Exposition universelle de Paris de 1889. Comme CNN le rappelle dans un article du 8 février 2022, la tour devint ensuite une attraction touristique populaire et fit alors des envieux outre-Manche.

L’homme politique et magnat du rail britannique Edward Watkins eut donc l’idée de faire construire un monument à Londres capable de concurrencer la tour Eiffel parisienne. Il contacta tout d’abord directement Gustave Eiffel et essuya un refus. Edward Watkins lança ensuite un appel d’offres à l’international et reçut des dizaines de propositions.

Un projet rapidement avorté

L’objectif de Edward Watkins était clair. Outre la volonté de concurrencer la tour Eiffel, il souhaitait également de bâtir le monument le plus haut jamais construit par l’Homme au sein de l’Empire britannique. Parmi les projets proposés à l’industriel, nous retrouvons une gigantesque tour d’une hauteur de 609 mètres. Elle arborait une voie ferrée en forme de spirale du pied jusqu’au sommet. Un autre projet était une sorte de tour surplombée d’une reproduction de la pyramide de Khéops, prenant le nom de « colonie aérienne ».

Loin de ces projets plutôt farfelus, les gagnants de l’appel d’offres McLaren et Dunn proposèrent leur tour Watkins. Avec une hauteur de 365 mètres, ce monument dépasserait alors la tour Eiffel et ses 324 mètres. Le projet devait se concrétiser dans le hameau de Wembley, à l’emplacement actuel du mythique stade de football du même nom. Pour Edward Watkins, le lieu avait une dimension stratégique. En effet, il venait tout juste de lancer le Metropolitan Railway, l’ancêtre du métro de Londres. Le but était donc d’attirer les Londoniens vers la périphérie de la ville au moyen de son nouveau train.

tour Watkins Eiffel
Crédits : Domaine Public

Seulement, voilà, le projet n’eut pas l’issue escomptée : les travaux débutés en 1892 firent arrêtés dès le premier étage de la tour Watkins. La construction commença en effet rapidement à s’affaisser, si bien qu’il était impossible de continuer. Finalement, le projet fut mis de côté et seul le premier étage de la tour ouvrit au public. Après le décès d’Edward Watkins en 1901, le projet fut définitivement abandonné et les autorités décidèrent tout simplement de dynamiter la tour.