in

Et si l’on équipait les gratte-ciel d’une capsule d’apesanteur ?

Crédits : Pixabay

La start-up Lob-6, basée à Toulouse, propose d’avoir les mêmes sensations que les astronautes en apesanteur pour quelques centaines d’euros. Cette technologie est surtout étonnante puisqu’il s’agit d’une capsule à installer sur les gratte-ciels. Explications.

Sylvain Roumegas est un bourreau de travail. À 39 ans, ce Toulousain dont le métier concerne la sécurité et la fiabilité des systèmes de sécurité dans l’aéronautique a lancé son projet de capsule en apesanteur il y a maintenant huit mois. C’est par le biais de sa start-up, Lob-6, que l’intéressé souhaite mener à bien ce projet fou.

« Je pratique le planeur et avec un peu d’altitude on peut faire des évolutions, des figures, dont des paraboles qui permettent d’être en apesanteur durant 1 à 2 secondes. Ce sont des sensations très particulières qu’on ne connaît pas sur terre », déclarait-il au quotidien La Dépêche.

En effet, à moins d’être féru de planeurs, millionnaire adepte de tourisme spatial ou prêt à payer 6000 euros pour un vol parabolique dans un avion, les sensations restent très peu accessibles au grand public. Sylvain Roumegas explique le procédé qui a tout l’air d’être une agréable révolution :

« Moi, je propose une apesanteur de 10 secondes dans une capsule évoluant en montée et en descente le long de gratte-ciel de 150 à 300 mètres de haut. Cela fonctionnera un peu comme un ascenseur, il y aura un matelas sur lequel trois personnes pourront s’allonger, une phase d’accélération vers le haut, une phase d’apesanteur (5 secondes en montée, 5 secondes en descente) et une phase de décélération vers le bas. »

(Crédit image : Lob 6)

Cette solution plus abordable pour le grand public devrait se monnayer entre 400 et 800 euros la séance selon l’ingénieur. Celui-ci indique également être actuellement en phase de recherche de financements afin de développer cette technologie prometteuse dont le marché serait naturellement ouvert à l’international.

Et pourquoi pas en équiper la Tour Eiffel ?
(Crédit image : Lob 6)

Sources : La DépêcheEurope 1