in

En 1952, un livre prédisait qu’un «Elon» régnerait un jour sur Mars

Crédits : Tumisu/pixabay

Dans un livre publié en 1952, Wernher von Braun, ancien ingénieur sous le régime nazi et considéré comme l’un des principaux artisans de la conquête spatiale américaine, avait imaginé la présence d’un “Elon” régnant sur les colonies humaines martiennes. De manière amusante, on ne peut s’empêcher de nous tourner vers le patron de SpaceX, qui prend la référence avec humour.

Wernher von Braun, ingénieur allemand, s’est d’abord illustré pendant la Seconde Guerre mondiale. Sous le régime nazi, il fut en effet l’un des principaux ingénieurs permettant l’envol des fusées allemandes de type V2, les premiers missiles balistiques de l’histoire. Il fut ensuite enrôlé par les États-Unis après la capitulation allemande avec plus de quatre-vingts autres scientifiques pour mettre leur savoir-faire au service du pays durant la Guerre froide. Von Braun joua notamment un rôle majeur dans le développement du Saturn V qui permit aux Américains de conquérir la Lune.

Au cours de sa carrière, l’ingénieur naturalisé américain a également beaucoup réfléchi aux voyages dans l’espace, et à ses implications. Ce qui nous ramène à un livre : The Mars Project, publié en 1952.

Dans cet ouvrage, Von Braun décrit sa vision d’une colonisation de la planète rouge. Il pensait avec optimisme qu’une première mission d’expédition pourrait avoir lieu dès 1965 et que le meilleur moyen d’y parvenir serait de lancer un équipage de soixante-dix personnes à bord d’engin directement assemblé en orbite terrestre basse. Cependant, ce n’est pas la partie qui nous intéresse aujourd’hui.

Elon, Empereur de Mars

Dans la seconde moitié du livre, qui s’égare davantage dans le domaine de la science-fiction, Von Braun y évoque en effet le règne d’un “Elon”. Ce terme ne fait pas ici référence au nom de quelqu’un, mais bien à un titre “titre monarchique”, comme Empereur.

Toutefois, on ne peut s’empêcher d’y voir un clin d’œil au patron de SpaceX, dont l’objectif principal d’établir une colonie sur Mars. Non sans humour, Elon Musk y voit alors une destinée.

Dans cette vision, le gouvernement martien était dirigé par dix hommes, dont un chef (le fameux Elon) élu au suffrage universel pour cinq ans. Deux chambres du Parlement se chargent de promulguer les lois qui seront ensuite administrées par l’Elon et son cabinet. Dans cette configuration, la Chambre haute est limitée à soixante membres, chacun étant nommé à vie par leur Elon.

Sur le papier, cette structure fait notamment écho au fameux Collège des cardinaux de l’Église catholique. Le “Elon” référencé dans ce livre de 1952 est donc un peu comme un “pape de l’espace”.