in

L’incroyable photo d’un énorme cratère sur Mars, rempli de glace

Crédits : ESA / DLR / FU Berlin, CC BY-SA 3.0 IGO)

À l’occasion de ses 15 ans en orbite autour de la planète rouge, le 25 décembre prochain, la sonde Mars Express nous propose une image incroyable. Rendez-vous au-dessus du cratère de Korolev, rempli de glace d’eau.

Mars est remplie d’eau. De glace d’eau, plus exactement, bloquée dans la cryosphère (pergélisol et calottes polaires). La faible valeur de la pression de son atmosphère (0,66 millibars) ne peut pas permettre le maintient d’une eau liquide. Difficile néanmoins de se faire à l’idée (Mars, dans l’esprit de beaucoup monde, reste la planète rouge). Il existe pourtant de nombreux secteurs tapissés d’un blanc immaculé.

Réservoir de glace

C’est notamment le cas dans le cratère de Korolev, une formation de 81,4 km de diamètre située juste au sud des dunes Olympia Undae, près de la calotte polaire nord. À l’occasion de ses 15 ans en orbite autour de Mars, la sonde Mars Express, de l’Agence spatial européenne (ESA) en a profité pour photographier la zone. Et la photo est exceptionnelle.

Mars
Cratère de Korolev. Image signée de la caméra stéréoscopique à haute résolution (HRSC) de Mars Express. Crédits : ESA / DLR / FU Berlin, CC BY-SA 3.0 IGO

Côté mensurations, notons que le cratère présente un diamètre d’environ 82 kilomètres, et une profondeur estimée à environ deux kilomètres. La couche de glace, elle, est épaisse d’environ 1,8 kilomètre. En volume, les chercheurs estiment qu’il y aurait environ 2 200 kilomètres cube de glace logés à l’intérieur du cratère. Celle-ci ne fond pas. Un air froid et lourd circule en effet juste au-dessus du cratère, agissant comme un isolant qui protège la glace de l’air plus chaud.

La réussite Mars Express

Lancée en 2003, la sonde Mars Express avait à l’époque trois objectifs principaux : cartographier la planète rouge en haute résolution, détecter la présence d’éventuelles poches d’eau ou de glace, et enfin analyser la composition atmosphérique de la planète. Tous ces objectifs ont été remplis. On note, par exemple, la détection d’argiles confirmant la présence passée d’eau liquide à la surface de Mars. Nous avons également aujourd’hui une estimation précise de la quantité d’eau stockée, et l’atmosphère martienne n’a quasiment plus de secrets pour nous.

Nous savons en effet aujourd’hui que, si l’atmosphère de Mars est aujourd’hui très fine, ce n’était pas le cas il y a plusieurs milliards d’années. À l’époque, celle-ci était bien plus épaisse, permettant éventuellement à la vie de se développer en surface. Il y a environ 3,5 à 4 milliards d’années, les vents solaires ont finalement “soufflé” cette atmosphère, entraînant par la suite la formation de cette planète froide et aride observée aujourd’hui. Encore de nos jours, Mars perd environ 100 grammes de son atmosphère chaque seconde.

Source

Articles liés :

Elon Musk estime à 70% ses chances d’aller sur Mars (et d’y mourir)

Le mystère des rainures de Phobos, la lune de Mars, enfin résolu

Voici où la NASA va atterrir sur Mars pour y chercher la vie