in

Le dilemme macabre des voitures autonomes : devront-elles vous sacrifier en cas d’accident ?

Crédits : valtercirillo / Pixabay

Les voitures autonomes sont en passe d’apparaitre sur nos routes et celles-ci seront gérées par des intelligences artificielles. Cependant, certaines décisions sont difficiles à prendre sur la route et peuvent impliquer notre mort, un cruel dilemme habituellement réservé aux seuls humains.

Au volant de notre automobile, faire face par exemple à un engagement soudain d’une dizaine de piétons sur la chaussée surprend, mais une décision est à prendre très rapidement : les percuter ou les éviter et risquer soi-même de perdre la vie avec sa famille. Bon nombre d’études en psychologie ont réussi à montrer que la plupart des automobilistes privilégient un éventuel sacrifice de leur part afin de sauver des vies.

Comme il est prévu de faire circuler des voitures autonomes sur les routes, la même question se pose donc au niveau des intelligences artificielles que ces véhicules embarquent. Des chercheurs du CNRS, mais également du Massachusetts Institute of Technology (MIT) et de l’université de l’Oregon, ont mené des recherches dont les résultats ont été publiés dans la revue Science (AAAS).

Les chercheurs ont considéré l’éventualité de la situation suivante : en ville, une voiture autonome est en mouvement, avec trois personnes à son bord, soit un homme, une femme et un enfant. Celle-ci se trouve sur un boulevard où il y peu de circulation et roule à 50km/h, la vitesse maximale autorisée en zone urbaine. Le véhicule arrive au feu rouge, mais un camion est garé en double file devant le passage piéton. Au moment de le dépasser, un groupe de dix étudiants s’engage sur la voie.

Quelle décision doit prendre le véhicule ? Protéger ses passagers en heurtant les piétons ou protéger les piétons en risquant la vie de ses passagers ? Cette question a été posée par les chercheurs à un panel de 2000 américains.

« Cela peut sembler un scénario abstrait et artificiel, mais nous avons réalisé que ces expériences de pensée philosophique pourraient devenir concrètes, car elles correspondent à des décisions qu’auront à prendre les véhicules autonomes » explique le psychologue Azim Shariff de l’université de l’Oregon.

En premier lieu, les personnes interrogées ont pensé que les piétons, en plus grand nombre en comparaison aux passagers du véhicule, méritaient d’être sauvés, même si un enfant se trouvait dans la voiture. Cependant, lorsqu’elles ont intégré le fait qu’elles pouvaient se trouver à la place de la famille présente dans l’automobile autonome, les avis ont totalement divergé, pour cause d’instinct de conservation et de survie selon les chercheurs.

Une seconde question a été posée aux volontaires : « Seriez-vous prêt à faire l’acquisition d’un véhicule autonome capable de vous sacrifier pour sauver un plus grand nombre de personnes ? »

Évidemment, les réponses négatives ont été majoritaires d’une manière écrasante, bien que les véhicules autonomes sont réputés plus sûrs que les traditionnelles. Les constructeurs devront eux-mêmes faire face à un horrible dilemme lorsqu’ils devront intégrer ce genre de décision à prendre dans leurs intelligences artificielles.

Sources : Le MondeFredZone