in

Gaza : Des stéthoscopes imprimés en 3D et 100 fois moins chers pour contourner l’embargo

Crédits : iStock

Depuis 2007, année de l’arrivée au pouvoir du Hamas et de l’embargo israélien, les médecins de la Bande de Gaza ont du mal à se procurer du matériel médical, même des équipements de base tels que les stéthoscopes. L’impression 3D s’avère être une solution sérieuse pour remédier à cette injustice.

« Je suis vraiment très content de savoir que des patients à Gaza et à travers le monde peuvent maintenant, avec l’aide de ces stéthoscopes, recevoir les meilleurs soins possible », indique le Dr Tarek Loubani.

Le docteur Tarek Loubani a mis au point un véritable stéthoscope à l’aide d’une simple imprimante 3D. Ce médecin canado-palestinien indique avoir eu cette idée en observant son fils s’amuser avec un simple stéthoscope en plastique pour enfant. Il estimait alors ce jouet de piètre qualité, au prix d’un dollar américain, et cela l’avait donc fait réfléchir. Ainsi, il estime aujourd’hui que son prototype, également en plastique, est d’une qualité professionnelle ayant les mêmes performances que celui proposé par les grandes marques médicales.

Le docteur indique que ce stéthoscope en plastique n’a pas besoin d’être nécessairement en métal pour fonctionner. Pour le prouver, des tests ont été pratiqués avec succès (au Canada) par le biais de ballons remplis d’eau dans lesquelles a été insérée une source sonore. Au niveau du prix, son stéthoscope revient à 2,20 euros contre un prix compris entre 150 et 200 euros pour le même appareil provenant d’une grande marque, comme le Littmann Cardiology III.

Tarek Loubani explique que l’embargo israélien induit un « manque de tout » et spécialement d’équipements de base. Il est heureux de pouvoir contourner les restrictions et aider les patients à obtenir des soins de meilleure qualité. Le docteur voudrait mettre l’impression 3D au service d’autres applications médicales, telles que la fabrication d’instruments chirurgicaux et peut-être même des électrocardiogrammes !

Sources : EuronewsRadio Canada