in ,

L’impression 3D alimentaire est-elle l’avenir de la cuisine ?

Crédits : Natural Machines

Nous connaissons tous la cuisine moléculaire, mais un autre genre de cuisine pourrait représenter une révolution : l’impression 3D alimentaire. Des chercheurs proposent déjà une variété de solutions, et force est de constater que les procédés évoluent petit à petit.

De la science-fiction à la réalité

Souvenez-vous de certains films, mangas ou autres ouvrages de littérature, dans lesquels les personnages utilisent des capsules ou des sachets en poudre à placer dans une sorte de micro-ondes. Résultat ? Un plat entier sort de l’appareil, dans une assiette plutôt garnie ! Évidemment, cela reste de la science-fiction. Mais avec l’impression 3D alimentaire, rien ne semble désormais impossible.

En 2015 déjà, célèbre firme italienne Barilla organisait un concours d’impression 3D de pâtes alimentaires à la forme originale. En 2016, une étudiante néerlandaise avait obtenu via cette technologie des snacks composés de terre comestible, de spores, de levure de fermentation et de graines prêtes à germer. Au même moment, un restaurant éphémère servant de la nourriture imprimée en 3D avait ouvert ses portes à Londres. Il y a quelques mois, un chercheur italien a présenté un procédé d’impression qui s’est révélé capable de produire différents types de steaks végétaux.

Si la recherche se poursuit naturellement, certaines machines spécialisées sont d’ores et déjà reconnues pour leurs capacités. Citons par exemple la Foodini de Natural Machines, la Chef3D de BeeHex ou encore la ChefJet de 3 D Systems. Il est donc possible d’imprimer en 3D de nombreux aliments – et même des plats entiers !

Crédits : Capture YouTube/taldrori2/Gaumont

La nourriture du futur ?

Il faut savoir que l’essor naissant de l’impression 3D alimentaire est dû à l’évolution de la technologie, principalement en termes de dépôt de matière fondue. Par ailleurs, s’il est évidemment question d’un rejet de la technologie par une partie du public concernant la nourriture, certains y croient. Surtout que les procédés évoluent vers la production de mets de plus en plus appétissants et vers une certaine polyvalence en termes de matériaux. Citons par exemple Lynette Kucsma ayant fondé Natural Machines, qui estime que l’impression 3D permet de contrôler ce dont est composée la nourriture produite, chose impossible avec les produits issus du commerce traditionnel. Ainsi, ceci pourrait intéresser les consommateurs à la recherche d’un régime particulier ou désirant éviter certains produits utilisés par l’industrie agroalimentaire.

Par ailleurs, l’impression 3D alimentaire pourrait s’avérer utile dans l’espace. En effet, la NASA s’intéresse à ce genre de technologie depuis plus d’une dizaine d’années, et mène ses propres recherches. Selon l’Agence spatiale américaine, ce procédé de production de nourriture pourrait faciliter le quotidien des astronautes dans le cadre de longues missions. En 2013, la NASA a collaboré avec BeeHex dans la conception de l’imprimante Chef3D, capable de produire une pizza à mettre directement au four.

Sources : Design News3dnatives

Articles liés :

Le futur de l’alimentation voulu par les transhumanistes

Foodtech : que mangerons-nous dans le futur ?

Comment l’urine pourrait aider les astronautes à cultiver de la nourriture sur Mars