in ,

Quel est l’impact de l’espace sur le sperme ?

Crédits : iStock

Nous le savons, la station spatiale internationale (ISS) est un endroit où se déroulent de nombreuses expériences. Certaines peuvent paraître plutôt insolites comme celle qui consiste à tenter de comprendre la façon dont l’espace pouvait agir sur le sperme humain.

Durant l’été 2013, le module Kibo de la JAXA était venu ravitailler la station spatiale internationale et avait des échantillons surprenants à son bord. Ceux-ci contenaient du sperme lyophilisé de 70 souris qui a été stocké dans le congélateur de l’ISS.

À leur retour sur Terre, les échantillons ont été analysés par les chercheurs japonais et ont été sujets à des expériences variées relatées par une publication dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS) du 22 mai 2017. À première vue, ces recherches semblent insolites et assez vides d’intérêt, mais il s’agit en réalité d’en apprendre davantage sur les effets du vide spatial sur les spermatozoïdes.

En considérant que l’humanité désire poursuivre ses projets de conquête spatiale, notamment sur Mars, ces recherches prennent alors beaucoup de sens puisqu’en effet, les chercheurs ont tenté de comprendre si une société cherchant à se reproduire dans l’espace rencontrerait des problèmes. Les experts rappellent que la vie en dehors de notre planète est soumise à un état d’apesanteur et à des radiations spatiales bien plus agressives que sur notre planète.

Avant d’être envoyé vers l’ISS, le sperme de souris avait été lyophilisé pour survivre quelque temps à la température ambiante. La première chose que les chercheurs ont vérifiée est donc l’état des échantillons. Il s’avère que ces derniers ont été endommagés par les radiations spatiales. Des tests antérieurs avaient été menés et avaient conclu qu’une irradiation deux fois plus importante suffisait pour causer ce type de soucis. Lorsque l’on sait que les radiations spatiales sont 100 fois plus puissantes que sur Terre, il y a de quoi s’inquiéter !

Les scientifiques ont tout de même eu la surprise de découvrir que la fécondité des spermatozoïdes n’a pas été affectée, ce qui a été vérifié par diverses techniques de reproduction assistée. Les chercheurs estiment que les dommages occasionnés au sperme durant son exposition ont été gommés après la fertilisation et n’auraient causé aucun effet secondaire.

Le stockage du sperme dans l’ISS a duré 9 mois et la question qui se pose désormais est la suivante : dans le cas d’une exposition plus longue, le sperme subirait-il des dégâts irréversibles ? Une telle interrogation appelle à l’élaboration de techniques permettant de protéger les échantillons futurs, par exemple à l’aide d’un bouclier de glace.

Les scientifiques sont allés plus loin en indiquant que la conservation de sperme pourrait être indispensable à la survie de l’homme en cas de catastrophe mondiale de la même manière que la réserve mondiale de semences du Svalbrad pour l’alimentation. Enfin, il faut savoir qu’il est question d’installer un tel sanctuaire non pas en Arctique, mais sur la Lune !

Sources : Huffington PostHitek