in

L’IMC représentera une part importante de l’augmentation de la consommation alimentaire d’ici à 2100

Crédits : Debora Cartagena / Pixnio

Si le réchauffement climatique représente un défi majeur pour l’humanité, la sécurité alimentaire est également très préoccupante. Or, il faut savoir que si la population ne cesse d’augmenter, les humains ont également un indice de masse corporelle plus élevé, une tendance qui ne serait pas prête de baisser.

La corpulence de la population évolue

Sur Terre actuellement, il y a environ 7,7 milliards d’humains. Selon le dernier rapport de l’ONU (PDF en anglais / 46 pages) publié en juin 2019, la population mondiale frôlera les 11 milliards en 2100. Or, une étude relatée dans un communiqué du 5 décembre 2019 estime que la croissance démographique est à associer à un autre facteur à l’origine de conséquences inquiétantes.

Les chercheurs de l’Université de Göttingen (Allemagne) à l’origine de cette étude publiée dans PLOS One évoquent l’indice de masse corporelle (IMC). Selon eux, la consommation alimentaire mondiale pourrait augmenter de 80% d’ici 2100 ! Or, 60 % de cette augmentation sera liée à la croissance démographique. Selon les chercheurs, une partie de la problématique concerne les 20 % restant, qui verront leur corpulence évoluer.

blé champ
Que se passera-t-il si la production alimentaire mondiale ne répond pas à la demande croissante de la population en 2100 ?
Crédits : Wikipédia

Des IMC toujours en hausse en 2100

Les chercheurs ont étudié des changements rapides dans des pays tels que les Pays-Bas et le Mexique. L’objectif ? Fournir une référence concernant l’évolution des modèles à travers le monde. La situation dans ces deux pays est très différente, mais pour les chercheurs il s’agit de scénarios réalistes. Au Mexique, l’IMC a fortement augmenté ces dernières années alors qu’aux Pays-Bas, la hausse concerne plutôt la taille moyenne.

Dans leur conclusion, les chercheurs se montrent assez pessimistes. Selon eux, dans le cas où la production alimentaire mondiale ne réponde pas à la demande croissante de la population en 2100, l’IMC des individus ne baissera pas pour autant. Les meneurs de l’étude estiment que les personnes aisées financièrement pourront maintenir leur niveau de vie tandis que les autres se retrouverons en marge. Ceux-ci se contenteront d’une alimentation bon marché pauvre en nutriments et continueront donc de grossir. Avec un tel constat, il apparaît logique que les soucis concernant la malnutrition et la santé ne diminueront certainement pas.

Articles liés :

L’obésité augmente plus rapidement en zone rurale qu’en ville, mais pourquoi ?

D’après cette étude, fumer du cannabis diminuerait notre IMC

Oubliez l’Indice de Masse Corporelle, des chercheurs ont mis au point l’IVC !