in

Libéré des glaces, un ancien col emprunté par les Vikings révèle ses trésors

Crédits : Antiquity

Une équipe d’archéologues annonce avoir identifié en Norvège de nouveaux artefacts vikings libérés par la fonte des glaces l’année dernière.

Accessible uniquement après une randonnée difficile, le glacier de Lendbreen, retrouvé dans les montagnes norvégiennes de Jotunheimen, est en retrait depuis plusieurs années. À tel point qu’en 2011, un col jadis emprunté par les Vikings il y a plus de 1 000 ans s’était finalement libéré des glaces. À l’époque, une équipe d’archéologues était alors tombée sur une tunique en laine incroyablement bien préservée, portée il y a environ 1 600 ans.

Depuis, d’autres fouilles ont été menées sur le site, mais un épisode de chaleur exceptionnel essuyé dans la région l’année dernière a favorisé encore davantage la fonte du glacier, révélant finalement de nouveaux artefacts.

Un passage très fréquenté

Dans une étude publiée dans la revue Antiquity, des archéologues de l’Université de Cambridge et du Muséum d’histoire naturelle de Trondheim détaillent la découverte d’une soixantaine de reliques.

Parmi elles, il y avait un couteau avec un manche en bois, les restes d’une chaussure et une mitaine en fourrure. Les chercheurs mentionnent aussi une quenouille, un instrument ancien utilisé pour le filage des matières textiles. Ils ont également retrouvé des fers à cheval, des os et des crottes de chevaux, des restes de traîneaux et un bâton de marche révélant une inscription runique.

vikings
Crédits : 2020, Antiquity

Les chercheurs expliquent également avoir découvert un petit morceau de bois avec des extrémités pointues (photo ci-dessous). Au départ, ils en ignoraient l’utilité. Exposé dans un musée local, une femme visitant l’exposition a finalement identifié l’objet. Selon elle, il s’agissait d’un “mors” destiné aux chevreaux et les agneaux pour les empêcher de téter leur mère. De cette manière, ils pouvaient utiliser le lait pour produire du fromage.

vikings
Crédits : 2020, Antiquity

Un col tombé dans l’oubli

Les analyses au radiocarbone de tous ces artefacts suggèrent que ce col de montagne a été emprunté par les humains entre l’an 300 et l’an 1200. Toutefois, il l’était beaucoup plus régulièrement vers l’an 1000, soit pendant l’ère des Vikings.

À en juger par les artefacts retrouvés, les archéologues suggèrent que ce passage permettait d’accéder à des fermes de haute altitude pendant les mois d’été. À partir du 11e siècle, l’Europe du Nord a ensuite été frappée par un certain nombre de bouleversements. Il y eut d’une part le Petit Âge glaciaire, une période climatique froide principalement localisée sur l’atlantique nord. Puis la peste noire s’est manifestée, frappant la Norvège pour la première fois en 1348 ou 1349.

Pour les chercheurs, il est donc possible que le déclin de la population, associé aux difficultés d’accès au site, ait finalement mené le col à tomber dans l’oubli. En outre, lorsque la population et l’économie se sont ensuite redressées, de nouvelles routes ont été créées.

Source