in

Comme l’Homme, les dauphins haussent « la voix » dans un environnement bruyant

Crédits : Claudia14 / Pixabay

Pour communiquer avec leurs congénères, les dauphins utilisent les vocalisations. À l’instar de l’Homme qui élève la voix dans un environnement bruyant, ce qui a un effet direct sur la fatigue, les dauphins dépenseraient aussi plus d’énergie dans un environnement bruyant.

En milieu bruyant, bien communiquer avec autrui passe par une hausse du volume de notre voix, ce qui a pour effet d’accentuer la fatigue. Un réflexe naturel qui a déjà été observé et étudié chez les oiseaux et les amphibiens, mais peu d’études s’étaient jusque là intéressées à ce comportement chez les mammifères marins.

C’est désormais chose faite grâce à des chercheurs américains qui ont mesuré l’effort vocal fourni par le dauphin dans un environnement bruyant. C’est dans la revue The Journal of Experimental Biology que ces biologistes ont publié, le 7 avril dernier, les conclusions de leur étude qui confirment que le dauphin aussi dépense plus d’énergie pour communiquer avec ses congénères lorsqu’il est dans un environnement bruyant.

L’étude a été réalisée en deux temps, tout d’abord en mesurant la dépense énergétique, la respiration et les sons émis par les dauphins dans un milieu calme, puis, dans un second temps, en renouvelant l’expérience avec ces mêmes dauphins exposés durant deux minutes à des nuisances sonores à répétition. Il a été mis en lumière que les individus étudiés augmentaient la durée de leurs vocalisations lorsqu’ils étaient soumis à des bruits répétitifs, ce qui leur a fait dépenser entre 1,2 et 1,5 fois plus d’énergie qu’en milieu calme.

Il ne faut cependant pas tirer de conclusions hâtives, d’autres études étant nécessaires pour que cette conclusion soit définitive. En effet, les dauphins étudiés vivent en captivité, et sont donc soumis à un niveau de stress plus élevé que s’ils étaient dans leur milieu naturel, où ils n’enverraient pas forcément les mêmes signaux pour communiquer. Aussi, l’étude n’a été menée que sur deux spécimens de dauphins communs (Tursiops truncatus). Malgré tout, cette étude constitue une base de travail pour approfondir les recherches, qui permettront notamment de savoir si la dépense d’énergie supplémentaire pour communiquer en milieu bruyant peut avoir des effets sur la reproduction.

Sources : The Journal of Experimental Biologyjeb, sciencesetavenir