in

Les loups sont-ils en train de devenir des chiens ?

Crédits iStock

La question est posée dans une nouvelle étude. En effet, ces derniers s’approchent de plus en plus près des habitations humaines, se nourrissent de bétail et de déchets, délaissant petit à petit les proies sauvages.

Il y a des milliers d’années, le loup a été domestiqué par l’homme. Depuis, celui-ci est un animal sauvage qui tend à l’être de moins en moins du fait de l’occupation toujours plus grande d’espaces naturels par l’être humain. Aujourd’hui, le loup se nourrit à hauteur de 32 % d’aliments provenant des activités humaines (déchets, bétail), un comportement qui pourrait lui être fatal.

Selon une étude parue dans la revue BioSciences et menée par le biologiste de l’évolution Thomas Newsome et son équipe de l’université Deakin à Melbourne, le loup ressemble dans certaines parties du monde de plus en plus à un chien.

Des populations de dingos (chiens sauvages) ont été observées par la même équipe en 2014 dans le désert Tanami, en Australie. Il s’avère que ces animaux se nourrissent directement dans des sites de gestion de déchets. De plus, ces derniers ont tendance à devenir plus gras, mais également moins agressifs et capables de s’accoupler avec des chiens domestiques appartenant aux habitants. Les résultats ont permis d’affirmer que ces dingos s’isolent génétiquement, se situant de plus en plus à part des autres dingos plus sauvages. Nous assistons alors sans aucun doute à la création d’une nouvelle espèce.

L’équipe de Thomas Newsome a cette fois étudié les grands carnivores vivant à proximité des êtres humains, tels que les lions d’Asie du parc national de Gir (Inde). Ces derniers tuent désormais du bétail et sont devenus moins agressifs envers les humains comme les dingos d’Australie.

Les loups, qui vivent habituellement dans des régions isolées d’Eurasie ou d’Amérique du Nord, ont pour une partie d’entre eux tendance à se rapprocher des hommes. En Iran, les loups tuent des poulets, des chèvres et se nourrissent également de déchets et une situation similaire est observable en Grèce.

Selon les chercheurs, les loups pourraient s’accoupler de plus en plus avec des chiens domestiques (ou des coyotes) et observer une sorte de dérive génétique comme les dingos. Ainsi, les loups pourraient « redevenir » des chiens par le même processus que dans un lointain passé.

Robert Wayne, spécialiste de la génétique des chiens à l’université de Californie (États-Unis), n’est pourtant pas en phase avec cette hypothèse. Pour lui, des animaux comme le lynx ou le coyote, plus habitués à la présence humaine, auraient plus de chance d’être domestiqués.

Quoi qu’il en soit, l’évolution du comportement du loup pourrait à terme causer du tort à l’espèce, car de nombreux conflits existent avec les humains, notamment avec les bergers et autres agriculteurs-éleveurs. En effet, il faudrait que ces animaux sauvages puissent vivre par eux-mêmes en chassant leurs proies et interagir le moins possible avec les activités humaines pour sauver la génétique de l’espèce.

Sources : Science MagFutura Sciences

Notez cet article