in

L’Homme affectait déjà l’Himalaya bien avant d’y mettre les pieds

Crédits : Swinelin/wikipédia

Une nouvelle étude révèle que les humains ont altéré l’un des glaciers de l’Himalaya plus d’une centaine d’années avant que les premiers alpinistes n’y posent les pieds.

En 1997, des chercheurs du Byrd Polar and Climate Research Center, de l’Ohio State University, ont intégré une expédition visant à forer des carottes de glace dans l’Himalaya. À l’époque, les scientifiques s’étaient concentrés sur le glacier Dasuopu, situé sur le Shishapangma, l’une des quatorze plus hautes montagnes du monde. Ils avaient alors prélevé plusieurs échantillons à plus de 7 200 mètres au-dessus du niveau de la mer.

L’analyse de l’un de ces échantillons vient de révéler une glace formée entre 1499 et 1992. L’objet de cette étude était de savoir si l’activité humaine avait affecté ou non la glace de cet environnement. Si c’était le cas, les chercheurs voulaient savoir à partir de quand et de quelle manière.

Pour ces travaux, les scientifiques ont recherché les traces de 23 métaux différents. Ils ont alors enregistré dans la glace des niveaux élevés (et toxiques) de cadmium, de chrome, de nickel et de zinc à partir d’environ 1780.

Des sous-produits de la révolution industrielle

Pour les chercheurs, ces métaux sont tous des sous-produits de la combustion du charbon opérée au tout début de la révolution industrielle en Angleterre à cette époque. Comment sont-ils arrivés dans l’Himalaya, à plus de 10 000 km à vol d’oiseau ? Les spécialistes estiment que cela s’est probablement produit par les airs grâce aux vents d’hiver qui voyagent autour du globe d’ouest en est.

Il est également possible que certains métaux comme le zinc soient les sous-produits des importants incendies de forêt déclenchés dans les années 1800 et 1900 par les agriculteurs. “À cette époque, en plus de la révolution industrielle, la population humaine a explosé et s’est agrandie“, explique en effet Paolo Gabrielli, principal auteur de l’étude. “Il y avait donc un plus grand besoin de champs agricoles et généralement, la manière la plus simple de faire de la place était de brûler les forêts“.

himalaya
Les chercheurs sur le site de forage en 1997. Crédits : Vladimir Mikhalenko

Un impact à distance

Ce que suggère donc cette étude, c’est que nos activités ont eu un impact sur l’environnement himalayen bien avant que les premiers humains n’escaladent ces montagnes. Nous savons en effet que les premiers alpinistes ont atteint le sommet du mont Everest en 1953. Quant au Shishapangma dont il est question ici, il a été escaladé pour la première fois en 1964.

Ce que notent également les chercheurs, c’est que les niveaux des différents métaux enregistrés étaient certes plus élevés que la normale (environnement naturel), mais qu’ils n’étaient pas forcément très dangereux à l’époque. “Cependant, à l’avenir, leur bioaccumulation pourrait concentrer les métaux dans les eaux de fonte à des niveaux toxiques pour les organismes évoluant dans les écosystèmes situés sous le glacier“, disent-ils.

Les détails de l’étude sont publiés dans les Actes de la National Academy of Sciences.

Articles liés :

Himalaya : la végétation est en expansion en haute altitude

L’Himalaya fond deux fois plus vite qu’il y a 20 ans

Des canards traversent l’Himalaya à 6 800 mètres d’altitude