in

L’exoplanète HD 106906 b, un monde pas comme les autres

Crédits Pixabay

En 2013, une équipe internationale d’astronomes annonçait la découverte d’une exoplanète onze fois plus massive que Jupiter. Nommé HD 106 906 b, l’objet gravite autour de son étoile mère à une distance record qui intrigue depuis les scientifiques.

HD 106 906 b est un monde pas tout à fait comme les autres qui gravite autour d’une étoile située dans la constellation de la Croix du Sud à environ 300 années-lumière de la Terre. La distance située entre l’astre et son étoile est d’environ 650 UA, soit 650 fois plus grande que celle qui nous sépare du Soleil. Il s’agit là de la plus grande orbite autour d’une étoile unique semblable au Soleil, avec un tour bouclé en 1 500 ans. Le problème est que son orbite place l’objet bien au-delà du disque de débris cosmiques et aucun modèle de formation planétaire ne peut expliquer pleinement pourquoi.

Les théories actuelles suggèrent que les planètes orbitant près de leur étoile mère se forment à partir de petits corps d’astéroïdes venant s’agglutiner au sein d’un disque de gaz et de poussières autour de l’étoile en plein essor. Toutefois, ce processus agit trop lentement pour expliquer l’existence d’une planète géante si loin de son étoile. Depuis sa découverte, les scientifiques ont tenté d’expliquer comment cette exoplanète a pu finir si loin de son hôte, puisque la grande majorité des exoplanètes sont pensées pour être situées à l’intérieur des disques de débris (ceinture de Kuiper pour le Système Solaire).

HD 106906 et son disque de débris en bas à gauche. L’exoplanète géante HD 106 906 b est en haut à droite. Crédit : ESO et AM Lagrange/Université Grenoble Alpes

Des recherches antérieures ont suggéré que HD 106 906 b s’était formée à l’intérieur du disque de débris avant que des interactions gravitationnelles ne viennent éjecter la planète, la menant en exil. Mais une étude récente menée par l’astrophysicienne Erika Nesvold de l’Université de Washington suggère autre chose. Les chercheurs ont en effet mis au point un modèle qui permet de suivre la trajectoire orbitale d’HD 106 906 b. Le modèle informatique aura notamment permis de savoir si la forme du disque pouvait pouvait être affectée par une planète formée au-delà du disque ou si celle-ci devait existait initialement à l’intérieur avant d’être déplacée vers l’extérieur.

On ne sait pas si le système HD 106906 abrite d’autres planètes, mais le modèle suggère que la forme du disque de débris elliptique tel qu’il existe actuellement est compatible avec l’orbite solitaire d’HD 106 906 b. ainsi d’autres planètes ne sont pas nécessaires pour atteindre l’architecture du disque observée. D’après les chercheurs, le modèle montre que HD 106 906 b s’est très probablement formée à l’extérieur du disque. Si elle s’était initialement formée à l’intérieur pour ensuite être déplacée vers l’extérieur, les effets gravitationnels auraient modelé le disque de débris, lui donnant une forme tout à fait différente.

Source