in

L’étude de glaces alpines confirme un fort niveau de pollution en Europe il y a 800 ans

Crédits : Wikimedia Commons.

D’aucuns pourraient penser que les problèmes de pollution sont apparus avec la révolution industrielle. En d’autres termes, avec le 19e siècle. Or, les archives environnementales suggèrent que certaines économies pré-industrielles étaient déjà notablement polluantes. Des résultats novateurs publiés ce 31 mars dans la revue Antiquity viennent confirmer et prolonger cette vision.

Grâce à l’analyse de nouveaux échantillons de glace prélevés au niveau de la pointe Gniffeti dans les Alpes suisses et italiennes, des chercheurs ont observé la présence d’une pollution atmosphérique anormalement élevée il y a environ 800 ans. En particulier en ce qui concerne les niveaux de plomb. Aussi, la période qui s’étend de l’an 1170 à 1220 apparaît comme une phase particulièrement polluée en Europe.

Des mesures d’une précision sans précédent

Si l’idée a déjà été avancée en 1999 dans les travaux de Brännvall & al. axés sur les sédiments de lacs suédois, elle est ici confirmée et complétée de façon remarquable. En effet, le recours à une technique de mesure par laser appliquée à une glace de qualité a permis d’atteindre une précision sans précédent dans le diagnostic. Ladite glace étant prélevée sur terrain par carottage.

glacier pollution
Emplacement de la pointe Gnifetti (en rouge) où ont été prélevés les échantillons de glace. Crédits : Christopher P. Loveluck & al. 2020.

« Nous avons amélioré la résolution d’échantillonnage des carottes de glace (…) de 100 échantillons par mètre à 10 000 échantillons par mètre » rapporte Paul Mayewski, un des co-auteurs de l’étude. « Cela qui signifie que même dans la vieille glace comprimée en profondeur, des données de haute fidélité émergent. Lesquelles étaient restées masquées dans les enregistrements à plus faible résolution ». Il poursuit. « Ce saut dans l’accessibilité des données ouvre de nouveaux domaines d’investigation sur l’association entre climat, pollution et société ».

La majeure partie des particules fossilisées dans les glaces est originaire de Grande-Bretagne. Les historiens et archéologues retracent cette activité à la croissance économique de l’Europe occidentale. Elle produisait alors du fer, du plomb et d’autres matières premières en grande quantité. En particulier, au niveau des secteurs miniers de Carlisle et Peak District.

Les problèmes de pollution existaient bien avant la révolution industrielle

« Le milieu et la fin du XIIe siècle avaient les mêmes niveaux de pollution au plomb que nous voyons au milieu du XVIIe siècle et même en 1890. De sorte que nos notions de pollution atmosphérique qui aurait débuté avec la révolution industrielle sont fausses » souligne Christopher Loveluck, auteur principal du papier.

pollution glace
Concentration en plomb dans la glace en nanogrammes par litre entre 1150 et 1220, selon deux jeux de données. L’un à très haute résolution en bleu (100 à 102 mesures par an) et l’autre à faible résolution en rouge (moins d’1 mesure par an). Notez le lissage temporel lorsque la résolution est dégradée. Crédits : Christopher P. Loveluck & al. 2020.

On notera que l’analyse des glaces s’est faite à un niveau si fin que les guerres, les constructions de châteaux et de monastères ou encore les décès de monarques y sont clairement discernables. En effet, l’impact desdits événements sur la production a directement affecté les niveaux de pollution de l’époque. Et donc, les propriétés optiques et chimiques des glaces aujourd’hui étudiées en laboratoire. Une véritable prouesse scientifique qui jette un nouvel éclairage sur l’économie médiévale au moment du règne de l’Empire angevin et de l’affirmation de certains États européens.

« En projetant un laser sur une glace vieille de plusieurs siècles, nous avons appris à lire les glaciers comme on lit un livre. Nous faisons en fait les deux pour faire la lumière sur l’histoire économique et ses implications sur la santé » note Alexander More, un autre co-auteur du papier. La pollution au plomb étant très dangereuse avec des effets délétères sur le système nerveux entre autres.

Source