in

L’étron qui coula un sous-marin nazi

sous-marin
Le sous-marin allemand UB 14 de la Première Guerre mondiale en 1918. Crédits : SMU Libraries Digital Collections/Flickr

En avril 1945, à quelques semaines de la capitulation allemande pendant la Seconde Guerre mondiale, le voyage d’un capitaine aux toilettes entraîna le sabotage et l’abandon d’un sous-marin nazi.

L’Unterseeboot 1206 (ou U-1206) faisait partie de la série VIIC, une classe avancée de sous-marins allemands conçus pour échapper à la détection et couler les convois ennemis avec une redoutable efficacité. Pour l’époque, c’était une vraie machine de guerre. Le bâtiment était équipé de toutes les commodités à bord – y compris des toilettes à la pointe de la technologie.

Contrairement au système de toilettes des sous-marins alliés, qui impliquait essentiellement une fosse septique capable de recueillir les excréments de l’équipage avant de les rejeter en mer une fois le sous-marin en surface, le modèle nazi utilisait un système de rinçage à haute pression capable de projeter les excréments en mer même lorsque le navire était submergé.

Malheureusement, cette technologie, bien qu’avancée pour l’époque et peu encombrante, était un peu compliquée à utiliser. Le capitaine Karl-Adolf Schlitt l’a d’ailleurs appris à ses dépens.

U-boot 1206 sous-marin toilettes Karl-Adolf Schlitt
Le Capitaine Karl-Adolf Schlitt. Source : The Scotsman

Un tour aux toilettes qui tourne mal

Nous sommes le 14 avril 1945. Le U-boot navigue au large de l’Écosse, près d’Aberdeen, au nord-est du pays, quand le capitaine Schlitt est pris d’une soudaine envie d’aller aux toilettes. Il se soulage mais tourne les mauvaises vannes permettant le rejet de ces selles en mer. Il fait alors appel au mécano Möbius (spécialiste des WC) pour l’aider. Malheureusement, ce dernier ne s’aperçoit pas que la vanne séparant la cuvette de la caisse n’est pas fermée et ouvre la vanne vers l’extérieur.

En conséquence, les eaux usées des toilettes, mélangées à de l’eau de mer, se déversent à bord et atteignent les batteries, dont l’une se trouve sous les toilettes, ce qui a pour effet de libérer du chlore gazeux (un gaz nocif). Très vite, la pompe de cale principale tombe en panne et le compartiment des torpilles est inondé.

Le Capitaine Schlitt, conscient que la fin est proche, fait alors tirer les torpilles insérées dans les tubes, puis détruit les autres torpilles ainsi que les documents secrets. L’U-1206 fait ensuite surface avant d’être immédiatement repéré par les patrouilles britanniques, qui le bombardent. Le sous-marin sera ensuite abandonné et sabordé.

On pense que quatre des soldats à bord se sont noyés. Le Commandant et trente-cinq autres hommes d’équipage ont été recueillis par le HMS Nodzu (FY659) et faits prisonniers de guerre. Dix hommes auraient également atteint la rive d’Aberdeen dans un radeau avant d’être faits prisonniers à leur tour. Quant à l’épave, elle est restée au large des côtes écossaises pendant environ 70 ans jusqu’à ce qu’elle soit découverte en 2012.

Brice Louvet

Rédigé par Brice Louvet

Brice est un journaliste passionné de sciences. Ses domaines favoris : l'espace et la paléontologie. Il collabore avec Sciencepost depuis près d'une décennie, partageant avec vous les nouvelles découvertes et les dossiers les plus intéressants.