in

L’étonnante technique de chasse de ce ver présent sur Terre depuis 500 millions d’années

Crédits : Pixabay

Un véritable cow-boy de quelques centimètres de long ! L’onychophore, un ver présent sur Terre depuis près de 500 millions d’années, a une étonnante technique pour capturer ses proies. Il déploie un véritable lasso de liquide corporel gluant immobilisant sa proie.

Pour capturer sa proie, l’onychophore agit en véritable cow-boy en déployant son lasso de fluide gluant, lequel rend le mouvement de la proie capturée impossible. Cette petite créature de 1 à 15 cm de long est l’une des plus anciennes de notre planète puisqu’elle est apparue sur cette dernière il y a près de 500 millions d’années.

Andres Concha est professeur à l’Université Adolfo Ibáñez à Santiago du Chili et pour lui, cette technique imparable a beaucoup à nous apprendre, notamment dans le domaine de la mécanique des fluides visqueux, comme nous l’explique Motherboard. Dans le documentaire ci-dessous baptisé « Secret of the Slime », on peut voir cet intraitable ver projeter son fluide gluant et mortel et le professeur nous explique comment il procède, mais surtout pourquoi comprendre ce mécanisme est important pour l’Homme. On pourrait en tirer des applications diverses, telles que, par exemple, la production de nanofibres et la fabrication de médicaments.

« À notre connaissance, cette adaptation est unique. Nous sommes ici à l’intersection de la physique et de la biologie et le point de vue de ces deux disciplines est nécessaire pour comprendre la stratégie de cet animal. Juste en observant ces petits vers grassouillets, on pourrait inventer de nouvelles technologies spectaculaires », explique le professeur Concha.

Comprendre ce mécanisme si efficace de capture de proies par l’onychophore pourrait donc permettre à l’Homme d’évoluer en termes de microtechnologies, tout en comprenant comment ce petit animal a évolué durant des centaines de millions d’années en survivant à bien des époques. Toujours est-il qu’avec ce ver, ce « géant minuscule », comme l’appelle le professeur Concha, la nature nous montre encore à quel point elle peut être étonnante et fascinante.