in

L’espoir d’un vaccin universel contre le cancer est à nouveau permis

Credit: Capture video Vimeo

Une équipe universitaire allemande a fait récemment une annonce pleine d’optimisme. En effet, les chercheurs auraient mis au point un traitement capable de doper le système immunitaire du malade, et ainsi éliminer n’importe quel type de tumeurs cancéreuses.

Il s’agit d’un traitement innovant qu’a conçu une équipe de scientifiques de la ville de Mayence (Allemagne), composée à la fois de membre de l’université Johannes-Gutenberg et de la société BioNTech, qui comme son nom l’indique, est spécialisée dans les biotechnologies. Les détails de ce traitement ont été relatés dans la revue Nature le 16 juin 2016.

Trois patients ont été traités, chacun atteint de mélanomes à un stade avancé. Ce traitement, que l’on peut considérer comme source d’optimisme en vue d’un « vaccin anti-cancer », consiste en l’injection d’une faible dose de nanoparticules, précédant quatre injections plus importantes chaque semaine.

Les résultats très encourageants.

Le premier patient a vu sa tumeur fondre comme neige au soleil et pour le second, aucune rechute n’est à déplorer sept mois après une ablation chirurgicale de plusieurs masses tumorales. En ce qui concerne le troisième patient, ce dernier est atteint de huit tumeurs situées au niveau des poumons, qui n’ont pas progressé après le traitement.

Le traitement apparait innovant pour la simple et bonne raison qu’il serait capable, à terme, d’éradiquer les tumeurs cancéreuses en stimulant efficacement le système immunitaire. Le procédé est complexe et est le fruit d’une succession d’événements dans le corps que les chercheurs voudraient entièrement maitriser, mais l’idée est là : créer une alerte à l’attention du système immunitaire afin que ce dernier repousse les tumeurs. Ce leurre consiste plus précisément en l’injection de nanoparticules lipidiques qui simuleront une attaque par un agent infectieux, provoquant une réaction antitumorale en provenance du système immunitaire.

D’autres essais cliniques sont requis sur un nombre plus important de patients, et ce afin de vérifier l’efficacité à long terme et la sécurité d’emploi du traitement. Même si pour l’heure, affirmer l’invention d’un vaccin traitant le cancer qui devra d’ailleurs être décliné en plusieurs versions pour tout autant de cancers différents est impossible, une certitude existe cependant, celle d’un coût de production estimé comme faible en cas de succès. Ainsi, l’espoir est bel est bien là, alors que les prochaines étapes de ces recherches sont, et on peut le comprendre, très attendues.

Sources : Sciences et AvenirPourquoi Docteur