in

L’espérance de vie américaine décline pour une deuxième année consécutive

Crédits : the3cats / Pixabay

L’espérance de vie à la naissance des Américains a diminué pour la deuxième année consécutive en 2016, alimentée par une augmentation vertigineuse de 21 % du taux de mortalité dû aux overdoses de drogues, a rapporté ce jeudi le Centre de contrôle et de prévention des maladies.

Le pays n’avait pas connu deux années de recul de l’espérance de vie depuis 1962 et 1963, époque où la grippe était venue à bout de nombreuses personnes. L’année 1993 fut également catastrophique, suite notamment à une épidémie du virus du sida. Aujourd’hui, il s’agit des overdoses. « Je pense que nous devrions prendre cela très au sérieux », note Bob Anderson de la Direction des statistiques et des études démographiques américaines. « Si vous regardez les autres pays développés dans le monde, ils n’enregistrent pas ce genre de choses. Chez eux, l’espérance de vie augmente ».

Un déclin pluriannuel de l’espérance de vie est plus communément associé aux épidémies du virus du sida, par exemple en Afrique australe et orientale, ou aux guerres en Syrie et en Afghanistan. Plus de 42 000 Américains sont morts de surdoses d’opiacés en 2016, une augmentation de 28 % par rapport à 2015, note le Washington Post. Les décès dus au fentanyl et à d’autres opioïdes synthétiques ont plus que doublé par rapport à l’année précédente. Ceux par surdose d’héroïne et d’opioïdes sur ordonnance ont également augmenté, mais de façon plus modeste.

Globalement, l’espérance de vie aux États-Unis est passée de 78,7 ans à 78,6 ans en 2016. Cette baisse est par ailleurs plus marquée chez les hommes, qui ont des taux de mortalité par surdose beaucoup plus élevés, passant de 76,3 à 76,1 ans. L’espérance de vie des femmes s’est maintenue à 81,1 ans. Le nombre de personnes ayant fait une overdose fatale de fentanyl et d’autres opiacés synthétiques est passé de 9 580 en 2015 à 19 413 en 2016. Les morts causées par overdose d’héroïne ont augmenté de près de 20 %. Pour les autres analgésiques opioïdes comme l’hydrocodone et l’oxycodone, les décès observent une aggravation de 14 %. La Virginie-Occidentale se présente ici comme l’épicentre de la mortalité par surdose avec 52 décès pour 100 000 habitants en 2016. Les deux États suivants, le New Hampshire et l’Ohio, ont chacun enregistré 39 décès par 100 000 habitants à la même période.

Notons pour finir que les taux de maladies cardiaques, de cancer, de maladies chroniques des voies respiratoires inférieures, d’accidents vasculaires cérébraux, de diabète, de grippe ou encore de pneumonie et de maladies rénales ont par ailleurs diminué, tout comme le taux de mortalité global du pays. Ici, c’est bien l’espérance de vie qui est impactée.

Source