in

L’espadon chinois, première extinction officielle de 2020

Crédits : Imgur

Une étude récente suggère que l’espadon chinois, l’un des plus gros poissons d’eau douce de la planète, est probablement déjà éteint.

L’espadon chinois (Psephurus gladius), un poisson pouvant atteindre les sept mètres de long, était autrefois très commun dans le fleuve Yangtze. Néanmoins, dès les années 70, l’espèce a dû essuyer plusieurs menaces. À l’époque, on en pêchait en moyenne 25 tonnes par an pour sa chair et ses œufs. En 1981, la construction du barrage de Gezhouba a de son côté coupé la population en deux, empêchant certains spécimens de remonter le fleuve pour se reproduire.

Peu à peu, les populations ont alors commencé à décliner. L’espèce a été classée “en danger critique” par l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature) en 1996, et elle ne s’est jamais remise. Le dernier spécimen vivant aurait en effet été aperçu en 2003.

Éteint entre 2005 et 2010

Récemment, une équipe de chercheurs dirigée par Hui Zhang, de l’Académie chinoise des sciences de la pêche à Wuhan, en Chine, a mené une campagne de recensement pour évaluer si quelques spécimens pouvaient encore survivre aujourd’hui.

Dans le cadre de ces travaux, ils ont mené des enquêtes sur le terrain en 2017 et 2018 le long du fleuve Yangtze et de ses affluents. Les chercheurs ont notamment placé des filets de pêche à plusieurs endroits stratégiques pour capturer certaines espèces. Ils ont également inspecté les marchés aux poissons locaux.

Au terme de leur étude, ils ont enregistré 332 espèces de poissons, mais aucun espadon chinois. Compte tenu des dernières observations historiques, ils suggèrent que l’espèce s’est probablement éteinte entre 2005 et 2010. Et nous parlons ici d’une extinction totale.

Il n’existe aucun individu en captivité et aucun tissu vivant n’a été conservé pour une éventuelle résurrection“, expliquent en effet les chercheurs. “Le poisson doit donc être considéré comme éteint selon les critères de la Liste rouge de l’UICN“.

espadon chinois
Psephurus gladius, le “roi des poissons” d’eau douce, a probablement disparu. Crédits : Wikipédia

La disparition de ce poisson emblématique devrait servir d’exemple. Selon les chercheurs, des relevés plus fréquents du bassin hydrographique permettraient en effet de garder un œil plus attentif sur les espèces les plus en difficulté. Avant cette étude, la dernière enquête complète sur les poissons du fleuve et de ses affluents remontait à 1975.

Plusieurs espèces sont notamment concernées comme l’alligator chinois (Alligator sinensis). Cependant, d’après les chercheurs, si des moyens de conservation sont mis en place rapidement, ces reptiles pourraient encore être sauvés.

Articles liés :

L’extinction des dinosaures a commencé bien avant l’impact de l’astéroïde

Nous poussons plus de 28 000 espèces à l’extinction

L’extinction (silencieuse) des plantes à travers le monde