in

L’ESA recrute de nouveaux astronautes, une première depuis une décennie !

Crédits : Nasa

Ce n’est pas un scoop : se rendre dans l’Espace est loin d’être accessible à tous. Si SpaceX désire lancer sa première mission de tourisme spatial d’ici la fin 2021, l’Agence Spatiale européenne (ESA) va quant à elle prochainement lancer une campagne de recrutement afin d’embaucher de nouveaux astronautes. Or, la dernière campagne de l’ESA date de 2011 !

Une campagne débutant le 31 mars

Nombreuses sont les personnes rêvant de faire un séjour dans l’Espace, mais il y a malheureusement très peu d’élus. Un des moyens d’y parvenir est peut-être de participer au concours caritatif de SpaceX. Le 1er février 2021, le géant privé de l’aérospatial affirmait avoir ouvert les candidatures à destination du public. À la fin de l’année, trois personnes tirées au sort accompagneront Jared Isaacman, à la tête de l’entreprise Shift4 Payments. Ce dernier est le premier touriste spatial du groupe et il a en effet décidé d’offrir les trois autres places à bord.

Si voyager dans la capsule Dragon de SpaceX peut effectivement séduire, devenir astronaute représente une possibilité encore plus intéressante. Or, dans un communiqué du 8 février 2021, l’Agence Spatiale européenne (ESA) a affirmé sa volonté de recruter de nouveaux astronautes. Cette campagne qui débutera le 31 mars permettra à quelques heureux élus d’intégrer le programme de formation de l’ESA.

ESA logo
Crédits : ESA

L’ESA a des critères de sélection drastiques

Si intégrer cette formation n’assure pas à 100 % d’aller dans l’Espace, c’est déjà un très bon début. En revanche, le haut niveau des critères de sélection peut en décourager certains. Lors de la dernière campagne de 2011, le premier critère concernait le niveau scolaire. L’ESA désirait recruter des personnes ayant au moins Bac+5 en physique, chimie, biologie ou encore en mathématiques. Citons un autre critère indispensable : le niveau en anglais. Étant donné que les futurs astronautes seront amenés à échanger avec des ressortissants de nombreux pays, l’ESA exige un niveau exemplaire dans cette langue universelle.

Évoquons également la condition physique, un critère lui aussi très important. Rappelons que les astronautes doivent pouvoir encaisser sans encombre des forces G de 4 (décollage doux) à plusieurs dizaines (atterrissage d’urgence). Citons aussi le fait que lors d’un séjour dans l’Espace, le corps humain est malmené. Entre autres, les os s’étirent et les muscles fondent. Une condition physique hors norme est donc une condition sine qua non pour résister à ces changements et récupérer après le retour sur Terre.

Enfin, rappelons un dernier point indispensable : pour être le niveau Thomas Pesquet, il faut avoir un mental d’acier. En effet, l’ESA exige que ses astronautes puissent être capables de gérer parfaitement leur stress. L’objectif est de pouvoir répondre de la meilleure manière à toute éventuelle situation d’urgence.