in

Oui, les voitures électriques polluent moins que les moteurs thermiques

Crédits : Free-Photos/Pixabay

Considérant toutes les étapes du cycle de vie des véhicules, une nouvelle étude confirme que les voitures électriques émettent moins de gaz à effet de serre que celles à essence ou diesel. Et ce même si leur production et leur exploitation implique toujours des combustibles fossiles.

Une nouvelle étude réfute une fois de plus l’argument éculé selon lequel les véhicules électriques ne sont pas beaucoup plus propres que les véhicules à moteur thermique, à essence ou diesel, si l’on prend en compte la production d’électricité et la production de batteries.

Dans le cadre de ces travaux, Georg Bieker et son équipe, de l‘International Council on Clean Transportation (ICCT), ont examiné les émissions de gaz à effet de serre (GES) des voitures de particuliers (SUV compris) sur les marchés européen, américain, indien et chinois, qui concentrent environ 70 % des ventes mondiales de voitures neuves.

Les chercheurs ont pris en compte les émissions de GES actuelles et prévues attribuables à chaque étape du cycle de vie des véhicules électriques et thermiques. Autrement dit, ils ont considéré les émissions de GES de l’extraction des matériaux jusqu’à l’exploitation et le recyclage ou l’élimination éventuelle des véhicules.

De gros écarts

Ces résultats montrent que les émissions à vie d’un véhicule électrique vendu en Europe en 2021 sont entre 66 et 69 % inférieures à celles d’un véhicule à moteur thermique. Aux États-Unis, un véhicule électrique produira également entre 60 et 68 % d’émissions en moins. En Chine et en Inde – qui sont deux pays qui produisent leur électricité essentiellement avec le charbon – un véhicule électrique génèrera respectivement entre 37 et 45 % et entre 19 et 34% en moins de CO2. Notez que l’étude suppose ici que chaque véhicule immatriculé en 2021 aura parcouru plus de 230 000 km.

Les conclusions de base de notre étude sont finalement similaires pour toutes les régions, malgré les différences dans le mix de véhicules et de puissance“, souligne Rachel Muncrief, directrice adjointe de l’ICCT. “Les véhicules à batterie émettent déjà moins de gaz à effet de serre que les véhicules à essence et diesel conventionnels. Cela vaut également pour les pays à forte proportion d’électricité au charbon, comme la Chine et l’Inde“.

voitures électriques
Crédits : IsmaelMarder/pixabay

L’étude s’est également projetée vers l’avenir, à l’horizon 2030, s’appuyant sur les projections de l’Agence internationale de l’énergie, pour imaginer à quoi ressemblera le futur mix électrique (les sources d’énergie utilisées dans la production d’électricité) à mesure que les politiques climatiques se développeront dans chaque région. En Europe, par exemple, les émissions à vie d’un véhicule électrique vendu en 2030 produiront de 74 à 77% de CO2 en moins par rapport aux véhicules à moteur thermique.

Ces nouveaux travaux concordent avec une autre étude publiée dans Nature en octobre 2020. Les auteurs avaient en effet conclu que si les véhicules électriques ne sont pas complètement “propres”, ils sont en revanche toujours moins polluants que les véhicules à moteur thermique. Et ce, même si leur production implique toujours des combustibles fossiles.