in

Les véhicules solaires : le futur de l’e-car ?

Crédits : Kohei SAGAWA, Hideki KIMURA / Wikipédia

Depuis quelques années, la voiture électrique connaît un succès grandissant. Partout dans le monde, et particulièrement en Europe, certains pays ont adopté des politiques d’incitation à l’achat de ce véhicule moins polluant, dans le but de participer activement au développement durable. Cependant, les bienfaits en matière d’écologie des modèles de ce type en circulation sont contestés sur plusieurs points, et une option plus respectueuse de l’environnement commence à voir le jour.

Grâce à l’invention des cellules photovoltaïques, le concept de voiture « solaire » a vu le jour. Il s’agit d’une voiture électrique qui recharge ses batteries partiellement ou totalement à travers l’énergie solaire. Actuellement encore majoritairement à l’état de prototype, cette solution pourrait pallier l’un des problèmes que posent les batteries des véhicules électriques classiques. Très gourmands en énergie, ces derniers doivent en effet être rechargés régulièrement, et 40 % de l’électricité qu’ils utilisent est générée par des centrales à charbon, ainsi que 20 % par des centrales à gaz, qui sont toutes deux très polluantes. Des modules photovoltaïques, placés sur la voiture, contribuent à une meilleure autonomie de ses batteries, ce qui réduit ainsi son besoin en électricité.

Les avantages que présente ce type d’automobiles avant-gardistes sont similaires à ceux d’une voiture électrique standard  : elles n’émettent pas de gaz ni de particules nocives, ne fonctionnent pas au carburant et leurs coûts d’entretien sont faibles. Cependant, elles disposent d’une autonomie assez réduite et supportent mal un niveau de charge élevé.

La toute première voiture énergiquement autonome a été mise au point par le constructeur Venturi. Elle est équipée d’un toit solaire et d’une éolienne, et a été élue « meilleure innovation de l’année » en 2006. La Venturi Eclectic dispose d’une autonomie de 50 km et d’une vitesse maximale de 50 km/h. Parmi les autres spécimens élaborés, la Nuna III se distingue de par sa rapidité. Conçue pour la course, elle a gagné la 8e « World Solar Challenge » en 2005, après avoir parcouru 3 010 km avec une vitesse moyenne de 102,75 km/h.

En attendant que ce véhicule d’avenir arrive enfin sur le marché, les e-cars disponibles pour le moment représentent déjà une alternative intéressante aux automobiles à essence, qui contribuent grandement à la protection de l’environnement. Retrouvez toutes les informations clés sur le marché actuel des voitures électriques en Europe à travers cette infographie : Les voitures électriques en Europe.