in

Les trompes d’éléphants peuvent être plus longues qu’elles n’y paraissent

Crédits : wal_172619/pixabay

Selon une récente étude, les éléphants d’Afrique seraient capables d’étendre beaucoup plus leur trompe qu’on ne le pensait.

Que seraient les éléphants sans leur trompe ? Cet organe d’une agilité, d’une force et d’une sensibilité exceptionnelles permet à ces animaux de manger, boire, respirer, saisir des objets ou communiquer avec leurs congénères. Côté physique, nous savons également que les éléphants sont capables d’étendre leur trompe, mais jusqu’à quel point ?

Une trompe allongée de 25%

Étonnamment, ce type de mesure n’avait jamais été faite officiellement jusqu’à présent. Pour ce faire, Andrew Schulz et son équipe, du Georgia Institute of Technology, se sont rendus au zoo d’Atlanta (États-Unis). Ils ont alors fait la rencontre d’une femelle adulte de 2,7 mètres de haut nommée Kelly.

L’expérience était simple : le gardien de Kelly devait lui proposer quelques friandises positionnées à différentes portées de sa trompe. Pendant ce temps, les chercheurs constataient à quel point elle pouvait l’étirer. Ils ont alors découvert que l’éléphant pouvait allonger son organe de 25% par rapport à sa longueur au repos.

Il est également ressorti que lorsque Kelly étirait sa trompe, elle la dépliait en séquence, à la manière d’une longue-vue extensible. Par ailleurs, elle ne s’étire pas uniformément. « La section médiane n’a pas autant d’élasticité que la pointe et la base, notent en effet les chercheurs. Mais on ne sait pas encore pourquoi ».

ééphant
Crédits : Andrew Schulz

Mesures de protection et applications robotiques

Outre la curiosité scientifique, les chercheurs soulignent que ce genre d’informations peut faire la différence dans le cadre de conflits hommes-éléphants. « Les gens ne savent pas quelles sont les capacités de ces animaux, explique Andrew Schulz. Ce qui signifie que les efforts mis en place pour se protéger des éléphants pourraient être vains ».

Il arrive en effet très souvent que des agriculteurs en Afrique mettent en place des clôtures pour protéger les cultures des pachydermes envahissants. Pour placer ces barrières, beaucoup vont prendre en compte la longueur de la trompe d’un éléphant au repos, mais ils oublient que cet organe peut s’étirer. Si la clôture est mal positionnée, l’éléphant pourra donc attraper son repas tranquillement, s’exposant à la colère de l’agriculteur.

La découverte pourrait également avoir des applications techniques. Une équipe de chercheurs va d’ailleurs prochainement s’inspirer de la trompe des éléphants pour développer de nouveaux robots dans le cadre du projet PROBOSCIS. L’idée serait de produire des structures capables d’évoluer dans des environnements instables, ou d’effectuer une multitude de tâches concrètes.

Ce nouveau projet promet ainsi bouleverser l’automatisation des tâches dans l’industrie manufacturière et alimentaire. Ces systèmes robotiques pourraient également porter assistance aux personnes âgées et handicapées, ou intervenir dans des opérations de sauvetage au milieu des décombres.

Source

Articles liés :

Les éléphants d’Afrique pourraient disparaître avant 2040

Les cornes de rhinocéros et défenses d’éléphants repoussent-elles ?

D’anciens rhinocéros parcouraient le Canada il y a des millions d’années