in

Les traces de pain les plus anciennes jamais découvertes

Crédits : Alexis Pantos/Phys.org

Les historiens ont traditionnellement lié le pain à l’apparition de l’agriculture, lorsque les Hommes commencèrent à domestiquer les plantes, les cultivant et les broyant en farine. Mais la découverte de miettes noircies dans un ancien bâtiment en pierre suggère que la consommation de pain est en fait beaucoup plus ancienne que prévu.

Sur un site archéologique du nord-est de la Jordanie, des chercheurs ont découvert les restes carbonisés d’une galette de pain cuite par des chasseurs-cueilleurs il y a 14 400 ans – les plus anciennes traces de pain connues à ce jour, précédant l’avènement de l’agriculture d’au moins 4 000 ans. Les résultats suggèrent que la production de pain à base de céréales sauvages pourrait avoir encouragé les chasseurs-cueilleurs à cultiver des céréales, contribuant ainsi à la révolution agricole au Néolithique.

« La présence de centaines de restes calcinés est une découverte exceptionnelle qui nous a permis de caractériser des pratiques alimentaires vieilles de 14 000 », explique Amaia Arranz Otaegui, archéobotaniste à l’Université de Copenhague. « Les 24 restes analysés dans cette étude montrent que les ancêtres sauvages des céréales telles que l’orge, l’einkorn et l’avoine ont été broyées, tamisées et malaxées avant la cuisson. Les restes sont très similaires aux pains plats non levés identifiés sur plusieurs sites néolithiques et romains en Europe et en Turquie », poursuit le chercheur. « L’étape suivante consiste à évaluer si la production et la consommation de pain ont influencé l’émergence de la culture et de la domestication des plantes ».

Malgré ses quelques ingrédients – farine, eau et chaleur sèche – le pain est très nutritif. Les chasseurs-cueilleurs auraient alors apprécié la capacité du pain à augmenter la glycémie. « Les chasseurs-cueilleurs Natoufiens (Jordanie) nous intéressent particulièrement parce qu’ils ont vécu une période de transition où les gens sont devenus plus sédentaires et que leur régime alimentaire a commencé à changer : les faucilles en silex ainsi que les outils en pierre trouvés sur les sites Natoufiens nous laissent penser que les gens avaient déjà commencé à exploiter les plantes », explique Tobias Richter, de l’Université de Copenhague. « Mais le pain plat retrouvé ici montre que la boulangerie a été inventée bien avant cette culture. Ces données confirment que la production précoce de pain à base de céréales sauvages a été l’un des principaux moteurs de la dernière révolution agricole, où les céréales sauvages étaient cultivées pour fournir des sources de nourriture plus pratiques ».

Cependant, les auteurs de l’étude ne savent pas si ces pains étaient consommés régulièrement ou de manière occasionnelle. D’autres chercheurs ont suggéré que le pain et la bière étaient en effet consommés pendant les fêtes natoufiennes.

Vous retrouverez tous les détails de cette étude dans la revue PNAS.

Source

Articles liés : 

Italie : découverte de traces de vin vieilles de 6000 ans

Cet excrément de Viking fossilisé est le plus cher du monde !

Qu’est-ce que le seitan, ce substitut de viande mangé par les végétariens ?