in

Les super-héros peuvent-ils nous rendre plus altruistes ?

Spiderman peut-il vous rendre meilleur·e ? Crédits : Wikipédia

Les super-héros sont des exemples moraux et courageux qui inspirent. Mais à quel point ? Une récente expérience nous montre qu’en étant exposés à des images de héros, les individus sont plus enclins à aider les autres.

Les super-héros jouent des rôles importants dans nos cultures. Vénérés pour leurs principes moraux et leur courage, Superman ou Spiderman (puisque c’est de ces deux héros dont il est question ici), font en effet tout leur possible pour aider les autres, et ce malgré les dangers rencontrés. Mais ces exemples altruistes et prosociaux influencent-ils nos actions réelles ? Il semblerait que oui. En témoigne cette nouvelle étude publiée dans Frontiers in Psychology.

Les super-héros, de vrais modèles ?

« Étant donné que les super-héros constituent une partie de plus en plus vaste et accessible de nos cultures, même symboliquement, nous étions impatients d’étudier leur influence concernant le fait de mener une vie vertueuse et enrichissante, explique le docteur Jeffrey D. Green, de la Virginia Commonwealth University (États-Unis) et principal auteur de cette étude. Les héros se présentent sous différentes formes. Certains sont fictifs et d’autres sont des modèles réalistes. Nous avons décidé d’étudier l’effet de héros fictifs bien connus, tels que Superman ou Spiderman, car les gens ont tendance à être plus motivés à imiter comportements peu réalistes ».

Le déroulement de l’expérience

Pour le savoir, les chercheurs ont analysé les comportements en ligne de 246 personnes (110 femmes, 136 hommes). Ces participants ont été divisés en deux groupes, chacun invité à visionner quatre scènes de la vie quotidienne (se déroulant dans un salon, un bureau, un garage et une chambre). On leur a ensuite demandé de trouver quatre objets spécifiques dans chaque image, et d’écrire un mot décrivant chaque objet. Pour le premier groupe, les images étaient neutres, mais pour le second, les images avaient été modifiées de sorte qu’un des objets cibles de chaque scène contienne une image de super-héros reconnaissable (ici, Superman et Spiderman).

Les participants ont ensuite été invités à compléter un questionnaire, sorte d’échelle d’altruisme auto-déclarée après avoir pris connaissance de six scénarios différents. Ces derniers consistaient proposaient d’aider un automobiliste en détresse, de récupérer un chien égaré, de faire un don à une œuvre de charité, de restituer de l’argent perdu, de déneiger l’allée d’un voisin âgé, et d’aider un étranger égaré. Les chercheurs ont alors évalué les intentions de chaque participant qui avait indiqué sa probabilité d’aider sur une échelle de 100 points (0 = n’aiderait certainement pas et 100 = aiderait certainement).

Une influence positive

Résultats : les participants qui avaient été exposés à des images de super-héros ont déclaré des intentions d’aide significativement plus élevées que ceux exposés à des images neutres. Une exposition même abstraite à des super-héros augmenterait ainsi notre comportement prosocial. « Ces expériences mettent en lumière le fait que même l’activation subtile de constructions héroïques à travers des images de super-héros peut avoir une influence sur les intentions d’aide ainsi que sur le comportement d’aide », confirme le chercheur.

Nous les admirons généralement pour les qualités qui nous font défaut – comme le disait Mark Twain, « si tout le monde était satisfait de lui-même, il n’y aurait pas de héros » – mais les super-héros ne semblent pas seulement nous rendre envieux. Ils semblent également nous aider à être de meilleures personnes. Reste à savoir si les super-vilains ont également ce même pouvoir d’influence…

Source

Articles liés :

Quelle serait l’empreinte écologique des super-héros ?

Les super-héros mutants existent bel et bien, mais ils ne sont pas au courant

Le personnage Wonder Woman doperait l’estime de soi des filles