in

Les secrets de longévité du grand requin blanc révélés

Crédits : Pixabay

Une équipe de chercheurs annonce avoir séquencé le génome du grand requin blanc, révélant quelques indices sur la capacité de ces animaux à résister au cancer, et à panser leurs blessures. Les détails de l’étude sont publiés dans la revue PNAS.

Les grands requins blancs fascinent, tant par leur physique redoutable que par leur incroyable longévité. Le prédateur se poste en effet au sommet de la chaîne alimentaire marine depuis des millénaires. Il serait même – à en croire une étude – responsable de l’extinction du mégalodon, le plus grand requin de tous les temps. Mais pourquoi le grand requin blanc est-il aussi résistant ? Pour tenter de le comprendre, des chercheurs de la Nova Southeastern University, de la Cornell University et de l’Aquarium de Monterey Bay (États-Unis) ont séquencé son génome.

Résistance aux maladies

L’idée consistait donc à retranscrire son code génétique, dans le but d’établir quels gènes sont à l’œuvre chez l’animal. Il ressort de cette étude, premièrement, que la sélection naturelle semble avoir stimulé les gènes impliqués dans la tolérance et la réparation de l’ADN. Ceci, notent les chercheurs, expliquerait donc la résistance de ces prédateurs face au cancer et à d’autres maladies liées à l’âge. Certains spécimens peuvent en effet vivre jusqu’à 400 ans ! Plusieurs, actuellement en mer, pourraient donc avoir vu le jour pendant le règne de Louis XIV.

« Non seulement il y avait un nombre étonnamment élevé de gènes de stabilité du génome qui contenaient ces changements adaptatifs, mais il y avait aussi un enrichissement de plusieurs de ces gènes, soulignant l’importance de cet ajustement génétique chez le requin blanc », a déclaré Mahmood Shivji, co-auteur de l’étude.

requin blanc
Crédits : iStock

On note également que 30 % du génome total du grand requin blanc contenait également des gènes (LINE) à l’effet l’inverse : ils déstabilisent le génome. C’est du jamais vu chez les vertébrés. Ceci pourrait être la raison pour laquelle ces requins ont développé de tels gènes de réparation de l’ADN. « Ces LINE sont connues pour causer l’instabilité du génome en créant des coupures double brin dans l’ADN, poursuit Michael Stanhope, co-auteur de l’étude. Il est plausible que cette prolifération de gènes LINE dans le génome puisse représenter un puissant agent sélectif pour l’évolution de mécanismes efficaces de réparation de l’ADN ».

Cicatrisation des plaies

Le génome du grand blanc présenterait également une prolifération de gènes qui sous-tendent la coagulation du sang, un élément fondamental de la cicatrisation des plaies. Encore une fois, ceci pourrait expliquer les capacités de ces animaux à se remettre de blessures qui seraient normalement mortelles chez l’Homme.

Nous avons donc beaucoup à apprendre de ce prédateur. L’instabilité du génome humain favorise en effet le développement de nombreuses maladies graves. Constatant maintenant que la nature a développé des stratégies alternatives qui favorisent la résistance et la longévité de ces requins, nous pourrions alors, à terme, étudier ces voies empruntées par l’évolution pour les mettre à notre profit.

Source

Articles liés :

Des dents de requins retrouvées près du plus célèbre des T-rex

La preuve qu’un redoutable requin a mordu ce ptérosaure en plein vol

Les requins-baleines pourraient vivre jusqu’à 130 ans