in

Les rivières européennes fragmentées par plus d’un million de « barrières »

Crédits : JerzyGorecki/Pixabay

Une étude menée par des chercheurs anglais révèle que les rivières européennes sont fragmentées par plus d’un million de barrières artificielles, entravant ainsi la libre circulation des organismes et des sédiments.

Les rivières abritent l’une des plus riches biodiversités de la planète (40% des espèces de poissons du monde) et fournissent des services écosystémiques essentiels à la société. Malgré tout, elles sont souvent (et de plus en plus) fragmentées par des obstacles à la libre circulation des eaux. Au cours d’une étude menée sur deux ans, des chercheurs de l’Université de Swansea (Royaume-Uni) ont tenté de quantifier toutes ces « barrières » dans les rivières européennes.

Dans le cadre de ces travaux, les chercheurs ont enquêté sur plus de 2700 kilomètres de rivières. D’après leurs analyses, il existerait à ce jour plus de 1,2 million de barrières dans les cours d’eau dans 26 pays européens, soit 60% de plus qu’on ne le pensait auparavant.

« Les gens pensent à l’impact des grands barrages, mais ceux-ci sont relativement rares. La plupart des 1,2 million de barrières qui fragmentent les rivières d’Europe ne sont pas de grands barrages, mais de petites structures qui passent généralement inaperçues, à moins de se rendre directement sur le terrain« , explique Carlos Garcia de Leaniz. Il est le principal auteur de cette étude publiée dans la revue Nature.

« Des rivières saines sont des rivières qui coulent librement »

Au départ, les chercheurs se sont intéressés à la façon dont toutes ces barrières fluviales affectaient les poissons migrateurs, tels que les saumons. Cependant, au cours de leur étude de terrain, il est vite devenu clair que ces obstacles représentaient un problème bien plus important que prévu.

Trop petites pour être détectées par les satellites ou via Google Maps, ces barrières apparemment inoffensives dont la plupart sont des seuils de lit, des déversoirs et des ponceaux peuvent en effet empêcher de nombreuses espèces de traverser les cours d’eau, mais également perturber le transport des sédiments.

« Nous devons rappeler aux gens que des rivières saines sont des rivières qui coulent librement. Des rivières mieux connectées (qui coulent) signifient moins de risques d’inondation, des écosystèmes plus résilients, plus d’eau pour de multiples usages et plus d’habitats disponibles pour de nombreuses espèces« , écrivent les auteurs. « Rappelez-vous que le mouvement est la réponse universelle de la nature à l’adversité. Si les poissons et autres organismes ne peuvent plus se déplacer librement, alors ils ne peuvent utiliser tout l’habitat disponible et ils déclinent inévitablement« .

rivières
Crédits : Arcaion/Pixabay

Le problème est d’autant plus frustrant que la majorité de ces barrières sont hors d’usage selon les chercheurs. Autrement dit, elles nuisent non seulement à l’environnement, mais coûtent aussi de l’argent.

La même équipe s’attaque désormais à un nouveau projet baptisé BLUE RIVERS, visant cette fois à attirer l’attention sur « la nécessité de reconnecter et de restaurer les rivières à l’échelle mondiale« . Dans cet esprit, les chercheurs ont développé un programme de science citoyenne auquel vous êtes tous invités à participer.