in

Les restes d’un nouveau mégaraptor découverts en Argentine

Federico Brisson, membre du Musée argentin des sciences naturelles, déniche les fossiles d'un mégaraptor, à El Calafate, Santa Cruz, Argentine, le 15 mars 2020. Crédits : Museo Argentino de Ciencias Naturales

Des paléontologues annoncent avoir identifié les restes d’un mégaraptor vieux de 70 millions d’années. L’un des derniers représentants de cet ancien groupe de carnivores.

En mars dernier, une équipe de 40 personnes dirigée par le paléontologue Fernando Novas, du Musée argentin des sciences naturelles, s’est rendue à La Anita, au sud-ouest de la province de Santa Cruz, en Patagonie, où émergent des sédiments vieux de 70 millions d’années.

Pendant près d’un mois, les chercheurs ont exploré la région et extrait un grand nombre de fossiles. Parmi eux, ils ont identifié les restes d’un ancien carnivore appartenant à la famille des Megaraptora.

megaraptor
Federico Brisson, membre du Musée argentin des sciences naturelles, déniche les fossiles d’un mégaraptor, à El Calafate, Santa Cruz, Argentine, le 15 mars 2020. Crédits : Museo Argentino de Ciencias Naturales

Des carnivores très agiles

Les Megaraptora ont évolué en Amérique du Sud, en Asie et en Australie pendant le Crétacé. Ces prédateurs théropodes, représentés pas plusieurs espèces, se caractérisaient par un squelette mince et léger, une longue queue probablement utilisée comme gouvernail, et de longues et puissantes pattes.

Mais le plus impressionnant étaient sans doute leurs bras énormes, terminés par des griffes longues d’environ 30 centimètre. Une anatomie particulière qui laisse à penser que, contrairement aux T-Rex, par exemple, ces membres antérieurs étaient l’arme principale de ces dinosaures pendant la chasse, et non leurs mâchoires.

Plus agiles que d’autres grands carnivores, ces prédateurs s’attaquaient probablement non pas à des sauropodes, mais à de plus petits herbivores appelés Ornithopodes, des animaux bipèdes et visiblement grégaires (de nombreux individus ont été retrouvés ensemble). Une analogie pourrait notamment être faite avec les guépards, de nos jours, qui préfèrent s’attaquer aux gazelles.

megaraptor
Une griffe de Megaraptor namunhuaiquii, qui vécut il y a environ 80 millions d’années. Crédits : Duffymeg/Wikipédia

L’un des derniers mégaraptors de la planète

Cette nouvelle espèce de carnivore, peut-on lire dans un communiqué, mesurait environ 10 mètres de long. C’est, à ce titre, l’un des plus grands jamais découverts.

En outre, ses restes (des vertèbres, des côtes et une partie de ce qui aurait été la poitrine et la ceinture scapulaire du dinosaure) ayant été retrouvés dans des sédiments vieux de 70 millions d’années, les paléontologues soulignent que « ce nouveau mégaraptor est l’un des derniers représentants de ce groupe » avant l’extinction des dinosaures.

Ces fossiles feront prochainement l’objet d’analyses plus poussées dans le but de mieux appréhender les caractéristiques physiques de l’animal.

megaraptor
Crédits : Alexander Thomas Lovegrove/Wikipédia

Source