in

Les restes de 14 mammouths ont été découverts au Mexique

Crédits : Institut national d'anthropologie du Mexique

Une équipe d’archéologues annonce avoir découvert au Mexique plus de 800 ossements provenant d’au moins quatorze mammouths. Ces géants évoluaient il y a 14 000 ans.

Des mammouths, on en retrouve par-ci par-là, mais autant dans une même zone, c’est une première. Cette incroyable découverte annoncée par l’Institut national d’anthropologie et d’histoire (INAH) a été faite près de Tultepec, dans le centre du Mexique, à environ 45 kilomètres de la capitale Mexico.

Premier piège à mammouths

Les mammouths ne vivaient visiblement pas seuls dans la région. Les chercheurs ont en effet également découvert deux fosses (1,7 mètre de profondeur et 25 mètres de diamètre) creusées par des Hommes à cette époque, probablement pour y piéger les gros herbivores.

Ce sont des pièges artificiels. C’est un tournant dans l’histoire du pays, mais aussi dans le monde“, explique l’archéologue Luis Cordoba Barradas. “Il n’existe aucun piège de ce genre pour mammouths ailleurs sur la planète“. On a en effet déjà retrouvé des “pièges pour mammouths” en Europe ou en Sibérie, mais tous ont été formés de manière naturelle. Ils n’ont donc pas été excavés par l’Homme.

Les chercheurs suggèrent qu’au moins cinq troupeaux fréquentaient la région à cette époque. Notons également que des restes d’anciens équidés (une molaire) et camélidés (deux vertèbres et une mâchoire) ont été retrouvés à proximité. Autrement dit, pour les chasseurs-cueilleurs, les sources de nourriture ne manquaient pas.

Concernant les techniques de chasse, certains indices retrouvés sur place laissent à penser que les Hommes n’attendaient pas patiemment la mort de leurs proies coincées dans les fosses. Ils se confrontaient aux animaux avec leurs armes.

Sur l’un des crânes, vous pouvez voir la marque d’une attaque à la lance. Elle mesure environ quinze centimètres de long. Elle a glissé sur l’os, mais elle ne l’a pas percé“, explique en effet le chercheur.

mammouths
Un archéologue déterre soigneusement les restes fossiles d’un mammouth à Tultepec. Crédits : Institut national d’anthropologie du Mexique (INAH).

Les tout derniers mammouths

Rappelons qu’il y a quelques jours, une étude nous a permis de comprendre comment les tout derniers mammouths laineux réfugiés sur l’île Wrangel, au nord de la Russie, se sont éteints brutalement il y a environ 4 000 ans.

Ces travaux ont en effet révélé que les conditions environnementales étaient plus clémentes sur cette île il y a 10 000 ans en comparaison des autres régions du monde où évoluaient les mammouths. Ces animaux n’ont de fait pas développé un métabolisme leur permettant de puiser dans leurs graisses pour survivre pendant les hivers les plus rigoureux. Ils n’en avaient tout simplement pas l’utilité… jusqu’au jour où ils en malheureusement ont eu besoin !

Les chercheurs suggèrent en effet que des précipitations violentes, suivies d’un hiver très rigoureux, auraient empêché les mammouths d’accéder à la nourriture piégée sous la glace. Les mammouths de l’île Wrangel n’ont alors pas été capables de puiser dans leurs réserves de graisse comme le font les autres mammouths. Ils sont donc probablement morts de faim.

Source

Articles liés :

117 empreintes de mammouths ont été découvertes aux États-Unis

Ce parc veut réintroduire des mammouths pour lutter contre le réchauffement climatique

D’anciens rhinocéros parcouraient le Canada il y a des millions d’années