in

Les réseaux électriques et télécoms menacés par la tempête solaire

Crédits : NASA Goddard Space Flight Center / Wikimedia commons

Dimanche dernier, deux éruptions solaires ont provoqué une sévère tempête géomagnétique. Celle-ci a frappé l’atmosphère terrestre ce mardi, ce qui pourrait venir perturber les réseaux électriques et les télécommunications, selon l’Agence américaine océanique et atmosphérique (NOAA).

Si la tempête solaire qui est venue frapper l’atmosphère terrestre ce mardi 17 mars nous a offert la belle surprise de pouvoir assister à des aurores boréales depuis le nord de la France, celle-ci pourrait aussi avoir des conséquences moins réjouissantes. Dans un bulletin d’alerte, la NOAA prévient : “Cette tempête solaire pourrait provoquer des problèmes étendus de contrôle de voltage et affecter des systèmes de protection sur le réseau électrique“.

L’agence précise ensuite que les systèmes de transmission radio à haute fréquence pourraient aussi être perturbés et le fonctionnement des satellites de navigation risque également de connaître des pannes “pendant plusieurs heures“. À bord de la Station Spatiale Internationale, les astronautes n’ont pas été exposés à des niveaux de radiations dangereux, nous apprend la Nasa à ce sujet.

Lors d’une conférence de presse, Thomas Berger, directeur du centre de prédiction de météorologie spatiale, a qualifié cette tempête de “sévère”, et a précisé que celle-ci avait été observée à 13h58 GMT, atteignant une force de 4 sur une échelle maximale de 5. Selon Thomas Berger, celle-ci n’a pas provoqué de problèmes sur le réseau électrique et de télécommunications pour le moment, mais le phénomène pourrait bien durer jusqu’à 36 heures. “L’intensité de cette tempête devrait continuer à diminuer dans les prochaines heures mais nous ne pouvons pas dire exactement comment cela va se produire“, a expliqué Bob Ruthlege, le responsable des prévisions au centre de prédiction de météorologie spatiale.

Sources : NOAA, rtl

– Crédits photo : Filament solaire géant photographié le 31 août 2012 / NASA Goddard Space Flight Center / Wikimedia commons