in

Les publicités spatiales sont déjà possibles et viables économiquement

publicités spatiales
Crédits : StartRocket

Mauvaise nouvelle pour les amoureux du ciel nocturne. Dans le cadre d’une étude récente, des chercheurs ont en effet établi que les publicités spatiales seraient non seulement possibles aujourd’hui, mais qu’elles seraient aussi économiquement viables sous certaines conditions. Leurs travaux sont publiés dans la revue Aerospace.

Bientôt des pubs dans l’espace ?

Si la publicité est omniprésente sur notre planète, son orbite reste encore épargnée… Mais pour combien de temps ? Plusieurs sociétés sont en effet déjà sur le coup, à l’instar de la start-up russe StartRocket. Celle-ci ambitionne en effet de pouvoir disposer de petits cubesats en orbite basse (400 à 500 km) dans l’optique de créer un gigantesque panneau d’affichage programmable de cinquante mètres carrés.

Plus récemment, une équipe de Skoltech et de l’Institut de physique et de technologie de Moscou a voulu voir s’il la technologie était réellement réalisable et s’il était économiquement viable pour les annonceurs de louer de tels écrans. L’accès à l’espace n’est pas vraiment bon marché.

« Nous étudions depuis un certain temps certains des aspects les plus techniques de la publicité spatiale« , a déclaré Shamil Biktimirov de Skoltech, dans un communiqué. « Cette fois, nous avons examiné le côté économique des choses et, aussi irréaliste que cela puisse paraître, nous montrons que la publicité spatiale basée sur cinquante petits satellites ou plus volants en formation pourrait être économiquement viable« .

L’équipe a examiné le côté technique d’un tel projet. Ils ont alors établi qu’une voile solaire de trente-deux mètres carrés (le plus grand réflecteur déployé avec succès par un CubeSat à ce jour) pourrait permettre de diffuser un pixel avec succès. En volant en formation, ces petits satellites pourraient alors créer une image visible depuis le sol.

publicités spatiales
Crédits : StartRocket

Qu’en est-il des observations du ciel ?

Enfin, les chercheurs ont naturellement évoqué la principale objection à ce type de projet, à savoir les problèmes de pollution lumineuse susceptibles de nuire aux observations astronomiques. L’équipe affirme qu’en raison de l’orbite proposée, les publicités ne pourraient être affichées qu’au lever ou au coucher du soleil afin qu’elles n’interfèrent pas avec les télescopes. En outre, ces publicités ne seraient éclairées que dans les zones à forte densité de population.

D’après les chercheurs, le meilleur moyen d’établir la faisabilité économique d’un tel système serait d’effectuer des démonstrations dans des mégalopoles. En effet, selon eux, les villes ont généralement une pollution lumineuse permanente et ne sont donc pas considérées comme des emplacements d’observatoires pour lesquels la publicité spatiale pourrait être nocive.

Rappelons enfin qu’aucun système n’a encore été testé. Rien ne dit non plus qu’une telle approche pourrait être approuvée, conformément aux lois et réglementations locales et internationales.