in

Les premiers primates ont évolué juste après la disparition des dinosaures

Représentation d'artiste de Purgatorius mckeeveri. Source : Gregory Wilson Mantilla / Stephen Chester via Gizmodo

Une équipe de chercheurs annonce avoir analysé les plus anciens fossiles de primates connus à ce jour. Ils ont été découverts dans la formation Hell’s Creek, dans le Montana (États-Unis). Les détails de l’étude sont publiés dans la revue Royal Society Open Science.

L’analyse des mammifères plésiadapiformes, un groupe souche dont tous les primates modernes (vous y compris) descendent, est essentielle pour comprendre nos origines évolutives. Dans cet esprit, nous venons de faire un incroyable bon en arrière.

Les plus anciens primates

Des paléontologues ont en effet récemment isolé les restes (mâchoires et quelques dents) de deux spécimens ayant vécu entre 105 000 et 139 000 ans après l’extinction du Crétacé-Paléogène qui a précipité la disparition de 75% de la vie terrestre.

Avant cette découverte, la plus ancienne preuve de primates souches dans les archives fossiles remontait aux 300 000 à 500 000 premières années du Paléocène (l’époque qui a suivi le Mésozoïque). Gregory Wilson Mantilla, de l’Université de Washington, et Stephen Chester, de la City University de New York, sont à l’origine de cette étude.

Ces deux spécimens représentent deux espèces nommées Purgatorius janisae et Purgatorius mckeeveri. La première était déjà connue des paléontologues, mais P. mckeeveri (identifiée grâce à trois dents) est une espèce nouvellement décrite.

Dans le cadre de ces travaux, les chercheurs ont examiné des fossiles conservés au musée de paléontologie de l’Université de Californie qui abrite la plus grande collection de restes de P. janisae. Ils disposaient également de moulages époxy d’autres fossiles de Purgatorius avec lesquels travailler, ainsi que de modèles 3D agrandis. Enfin, ils se sont appuyés sur une technique appelée “morphométrie géométrique” pour numériser et comparer les caractéristiques des fossiles à d’autres espèces connues.

D’après les paléontologues, le fait que deux espèces aient évolué si peu de temps après l’extinction de masse du Crétacé-Paléogène signifie que l’ancêtre des plésiadapiformes est apparu pour la première fois au Crétacé supérieur, et non au Paléocène.

primates
Scan haute résolution des dents et des os de la mâchoire appartenant à Purgatorius. Crédits : Gregory Wilson Mantilla / Stephen Chester

Une vie arboricole

De nos jours, de nombreux primates peuvent être distingués par certains traits comme la capacité de saisie, de saut, un régime à base de plantes, une vision améliorée et un certain niveau d’intelligence. Cependant, nous savons d’après les archives fossiles que toutes ces caractéristiques n’ont pas évolué au même moment.

À leur époque, les chercheurs soulignent que ces deux espèces profitaient déjà d’une capacité de saisie (mains et pieds) et de caractéristiques dentaires (molaires spécialisées) leur ayant permis de se nourrir de fruits et d’insectes. Aussi, les chercheurs soulignent que ces animaux évoluaient la plupart de leur temps dans les arbres.

Ces caractéristiques, qui ont donc évolué très tôt dans l’évolution des primates, ont été essentielles à leur évolution juste après la disparition des dinosaures “et dans un délai d’un million d’années après l’événement d’extinction de masse“, concluent les auteurs.