in

Les premières lentilles libérant des médicaments arrivent aux États-Unis

lentilles de contact
Crédits : slavoljubovski / Pixabay

La Federal Drug Administration (FDA), l’autorité de régulation sanitaire américaine, vient d’approuver les premières lentilles de contact capables de livrer des médicaments antiallergiques. Un jour, ce type d’approche pourrait permettre le traitement de la cataracte et du glaucome.

La période printanière est propice au rhume des foins. Chez les personnes concernées par ces allergies, les manifestations peuvent être très désagréables : asthme, éternuements à répétition, nez qui coule, toux ou encore démangeaisons oculaires. Les porteurs de lentilles de contact qui souffrent de ce dernier symptôme pourront bientôt profiter d’une nouvelle option pour les traiter, du moins aux États-Unis : la première lentille capable de délivrer un médicament directement dans l’œil.

Fabriquées par Johnson & Johnson et récemment approuvées par la Food and Drug Administration des États-Unis, ces lentilles contiennent du kétotifène antihistaminique.

Une action rapide et longue durée

Libérer des options médicamenteuses grâce à des lentilles de contact a toujours été compliqué, car leurs propriétés varient d’une marque à l’autre. L’architecture de la lentille peut également être légèrement différente qu’elle soit conçue pour libérer des antihistaminiques, des antibiotiques ou autres médicaments anti-inflammatoires. Autrement dit, il doit y avoir certaines compatibilités entre le médicament choisi et la lentille de contact.

Contrôler la durée de la libération dudit médicament fut également un défi. Les premières tentatives impliquaient de simplement tremper des lentilles dans des solutions thérapeutiques. Cependant, cette approche avait tendance à entraîner la libération du médicament très rapidement et en une seule fois. En conséquence, les symptômes ne pouvaient être soulagés que durant quelques heures.

Dans le cadre de récents travaux, des chercheurs de l’entreprise Johnson & Johnson se sont donc efforcés d’imaginer une paire de lentilles antihistaminique capable de libérer son médicament progressivement. Pour ce faire, l’équipe s’est appuyée sur plusieurs technologies, telles que les nanoparticules et l’empreinte moléculaire qui créent des cavités dans une structure polymère correspondant à la taille et à la forme d’un médicament spécifique.

Dans les études cliniques de phase 3, ces lentilles jetables auraient ainsi permis de réduire les démangeaisons dues aux allergies en seulement trois minutes et jusqu’à douze heures. Les résultats de ces travaux ont été publiés en 2019 dans la revue Cornea. Après le Canada et le Japon, le produit sera donc bientôt disponible aux États-Unis.

lentilles de contact
Crédits : slavoljubovski/Pixabay

Vers une généralisation de cette approche ?

Ce n’est peut-être que le début de l’utilisation des lentilles thérapeutiques. Les chercheurs pensent notamment à la cataracte ou au glaucome qui sont les principales causes de cécité dans le monde. Si les gouttes ophtalmiques sont fréquemment utilisées comme traitements, de nombreux patients oublient souvent de les utiliser. En outre, la plupart des agents médicamenteux sont généralement drainés par les larmes avant qu’ils ne puissent être absorbés.

Certaines maladies rétiniennes, telles que la rétinopathie diabétique et la dégénérescence maculaire liée à l’âge, sont aussi traitées par des injections. Toutefois, ces approches sont très invasives et beaucoup craignent les aiguilles.

Ainsi, des lentilles de contact spécialement conçues pourraient être non seulement plus confortables, mais également plus efficaces.