in

Les populations de tortues vertes semblent commencer à se rétablir

Les tortues vertes, une espèce menacée d'extinction. Crédits : Wikipedia

Les effectifs de tortues vertes qui peuplent les récifs coralliens de l’océan Pacifique semblent peu à peu se remettre et s’agrandir. Mais il reste encore du travail.

Les tortues vertes et imbriquées sont depuis longtemps en mauvaise posture. Les premières ont été chassées pour leur viande, les secondes pour leur carapace. Depuis les années 1970, des efforts de conservation ont néanmoins été mis en place dans le but de sauver ces deux espèces. Et le travail semble – en partie – porter ses fruits. L’un des plus grands relevés de population de tortues marines jamais réalisés suggère en effet que les tortues vertes se rétablissent peu à peu. En revanche, les tortues imbriquées ne semblent pas voir le bout du tunnel.

Un rétablissement progressif

Pour cette étude, une équipe de biologistes marins a étudié 53 îles coralliennes, atolls et récifs de l’océan Pacifique, et ce durant tous les mois d’avril entre 2002 et 2015. Plutôt que de se concentrer sur les nids, les chercheurs ont cette fois pris le temps de compter tous les individus croisés sur chaque site. Les plongeurs ont au total repéré environ 3 400 tortues. Plus de 90 % étaient des tortues vertes, et 8,3 %, des tortues imbriquées. Les tortues restantes n’ont pas pu être identifiées.

Les populations de tortues vertes, peut-on lire dans l’étude, ont augmenté ou sont restées stables durant toute la durée de l’étude. On apprend également que les îles hawaïennes, qui ont connu la plus faible densité de tortues de mer vertes au monde, enregistrent la plus forte augmentation de la population chaque année. On ne peut malheureusement pas en dire autant pour les tortues imbriquées, qui peinent encore à profiter des efforts de conservation mis en place.

tortues vertes
Crédits : Pixabay

D’autres menaces

Malgré cette “bonne nouvelle” concernant les tortues vertes, notons que leurs populations ne représentent toujours qu’une fraction de ce qu’elles étaient il y a plusieurs décennies. D’autres menacent pèsent encore. Comme les prises accessoires de pêche, la dégradation des récifs coralliens ou encore la pollution plastique. Sans oublier, bien sûr, les problèmes de réchauffement climatique.

Nous savons en effet que le sexe des tortues est déterminé par la température d’incubation. S’il fait moins de 29 °C, alors il y aura plus de mâles. S’il fait plus de 29 °C, il y aura plus de femelles. Passés les 33 °C, et 100 % des nouveau-nés seront des femelles. Jusqu’à présent, les tortues vertes avaient réussi à maintenir une certaine égalité dans les effectifs. Mais la hausse continue des températures des océans menace cet équilibre. D’ici 2100, jusqu’à 93 % des nouveau-nés de tortues vertes pourraient même être des femelles.

Source

Articles liés :

Des médicaments humains retrouvés dans le sang de tortues vertes

Des microplastiques retrouvés chez toutes les espèces de tortues de mer

La tortue géante la plus menacée du monde perd sa dernière femelle