in ,

Les points vitaux du corps humain, mythe ou réalité ?

Crédits : PxFuel

Que ce soit au Japon, en Chine ou encore en Inde, certains arts martiaux se basent sur les points vitaux. Il s’agit de zones vulnérables du corps humain à cibler afin de causer des dégâts importants et mettre son adversaire au tapis. Les points vitaux ont-ils une réelle base scientifique ?

Que sont les points vitaux ?

Au Japon, le sappō est un art consistant à infliger des dégâts corporels par pressions (ou frappes) sur des points vitaux, les kyūsho. Ces points vitaux sont des zones du corps humain particulièrement vulnérables. Citons par exemple les barorécepteurs de l’artère carotide, fournissant des informations sur la pression sanguine au cerveau. Une pression sur cette zone permet d’envoyer des signaux relatifs à une pression sanguine est trop élevée, et cause donc une dépressurisation du sang.

Selon une publication de l’École de Karaté Shotokan de Chagny (Saône-et-Loire), la bonne connaissance de ces kyūsho est indispensable pour le karatéka. Ces zones sont d’ailleurs dispersées sur tout le corps, par exemple au niveau de la partie supérieure (visage, cou, nuque, crâne). Citons également la partie moyenne (poitrine, plexus, ventre, reins, dos, côtes) ainsi que le bas (jambes, bas-ventre).

Eric Garnier Sinclair, du collectif Art de rester en vie (ADRV), enseigne différents arts tels que le Taiji Qigong, le Krav Maga ou encore le pancrace. Dans un article de blog, l’intéressé évoque les recherches de l’unité 731 de l’armée japonaise durant la Seconde Guerre mondiale. Ces recherches prouveraient selon lui que les techniques basées sur les points vitaux sont mystérieuses et complexes pour les non-initiés. Par ailleurs, Eric Garnier Sinclair évoque un lien avec la médecine traditionnelle chinoise (MTC), notamment l’acupuncture.

points vitaux
Crédits : Quora

Des attaques parfois dévastatrices

Citons par exemple les coups de poings au plexus, pouvant comporter des risques cardiaques sur le long terme. En effet, de nombreux points vitaux sont présents au niveau du méridien vaisseau conception. Évoquons également la torsion latérale des deux mains au niveau des “bourrelets” au-dessus des hanches. Avec une certaine dextérité, ce genre de technique peut détruire les reins via un processus naturel logique.

L’expert évoque notamment 365 points vitaux, 36 mortels, et 72 paralysants – entre autres. Il peut s’agir d’attaquer les nerfs (et les plexus nerveux) pour paralyser, ou encore les vaisseaux sanguins afin de provoquer des caillots de sang en obstruant les veines et autres artères. Citons également une autre catégorie d’attaques visant les méridiens du corps dans le but de provoquer la mort ultérieurement en bloquant la circulation de l’énergie. L’attaque des nerfs est la plus fréquemment utilisée, pouvant cibler les trois parties du système nerveux : autonome, central et périphérique.

En occident, tout ce qui se rapporte de près à la médecine traditionnelle chinoise est considéré comme relevant de la pseudo-science. Néanmoins, les pratiquants d’arts martiaux sont certains que ces points existent réellement. Citons enfin un ouvrage de référence dans le domaine : L’Art Sublime et Ultime des Points Vitaux (1998) de Fujita Saiko et Henry Plée.