in

Les poêles en Téflon pourraient-elles contribuer à réduire la taille du pénis ?

Crédits : JPC24M / Flickr

Il faut savoir que les poêles antiadhésives sont constituées de Téflon. Or ce polymère contient des substances connues pour être des perturbateurs endocriniens. Une récente étude estime que ces dernières pourraient agir négativement sur la taille du pénis, mais pas seulement.

Un danger supplémentaire en cuisine ?

Il y a quelques semaines, nous évoquions les produits terminaux de la glycation (AGE) liés à la réaction de Maillard. Ces substances issues de la cuisson des aliments représentent selon l’OMS un risque pour la santé humaine (cancer, lésions des tissus nerveux).

Dans leur étude publiée le 6 novembre 2018 par le Journal of Clinical Endocrinology & Metabolism, les chercheurs de l’Université de Padoue (Italie) pointent un autre souci du doigt, cette fois lié aux poêles antiadhésives. En effet, ces ustensiles sont fabriqués en Téflon, un polymère thermoplastique et thermostable doté d’une grande inertie chimique qui comme chacun sait, est connu pour son très grand pouvoir anti-adhésif.

Le problème réside dans le fait que les poêles en Téflon contiennent des composés perfluorés (PFC). Si leurs propriétés anti-adhésives sont très appréciées en cuisine, ces substances sont également connues pour faire partie des perturbateurs endocriniens.

Une taille de pénis plus réduite

Les chercheurs italiens estiment que les PFC se lient aux récepteurs de la testostérone, ce qui bloque leur activation. Dans le cadre de leur étude, les scientifiques ont entre autres comparé la taille du pénis, le volume des testicules et la qualité du sperme de 383 hommes âgés de 16 à 22 ans vivant en Italie. Il faut également savoir que 212 des volontaires vivent dans la région de Padoue (Vénétie), une des quatre régions les plus polluées par les PFC au monde avec le Shandong (Chine), la Virginie-Occidentale (États-Unis) et la ville de Dordrecht (Pays-Bas). À Padoue, une usine chimique et une usine de traitement des eaux sont à l’origine de rejets contaminant une rivière.

Selon les résultats, les hommes vivant dans les zones fortement contaminées ont un pénis en moyenne 12,5 % plus court et 6,3 % plus mince que les autres. Les chercheurs font également état de spermatozoïdes en moins bonne santé et en moins bonne forme, ainsi qu’un volume plus faible concernant les testicules. Il est également question d’une plus courte tout distance entre le scrotum et l’anus, ce qui serait révélateur d’un développement moindre  de l’appareil reproducteur.

Une omniprésence qui inquiète

Des études antérieures ont identifié un lien entre les PFC et des risques accrus concernant d’autres problèmes de santé tels que le cancer (vessie, prostate) et la hausse du cholestérol. Le fait est que les PFC ne se trouvent pas seulement dans les poêles en Téflon. Rappelons-le, ils peuvent être inhalés via les vapeurs libérées lors d’un chauffage excessif.

En effet, les PFC se trouvent également dans les emballages alimentaires, les assiettes en carton, les vêtements imperméables, le liquide lave-glace, les colles et autres produits (cosmétiques). Ces PFC se retrouvent par ailleurs souvent dans l’eau et les aliments.

Articles liés :

Les perturbateurs endocriniens provoqueraient des troubles du comportement chez les jeunes enfants !

L’association de plusieurs perturbateurs endocriniens serait catastrophique pour l’organisme

La régression du nombre de spermatozoïdes est-elle une source de danger pour l’humanité ?