in

Les plus grandes avancées médicales de 2022

percées médicales 2022
Crédits : HelenJank/pixabay

Les douze derniers mois ont été marqués par d’incroyables avancées dans le milieu médical. Certaines sont académiques, d’autres sont le cumul d’années de travail, mais toutes façonneront l’avenir de la médecine. Voici quelques-unes d’entre elles.

La sclérose en plaques déclenchée par une infection virale

En janvier, une étude confirmait le lien entre le virus d’Epstein-Barr (VEB) et le développement de la sclérose en plaques (SEP), une maladie auto-immune qui s’attaque au système nerveux. D’après ces travaux portant sur dix millions de militaires américains sur une période de vingt ans, le VEB ne serait pas seulement lié à la SEP : il s’agirait en réalité d’un déclencheur essentiel de la maladie neurologique.

Les résultats ne signifient pas que l’infection est la seule cause de la sclérose en plaques. Il est en effet probable qu’un certain nombre de facteurs génétiques et/ou environnementaux jouent également un rôle. Cependant, la découverte de ce lien désormais évident entre les deux conditions pourrait, à terme, mener au développement d’un possible vaccin.

chercheurs microscope
Crédits : gorodenkoff / iStock

Première séquence complète à 100 % du génome humain

Lorsque les scientifiques ont déclaré avoir séquencé le génome humain il y a vingt ans, leur annonce était un peu prématurée. En effet, à l’époque, environ 8% de ce génome restait toujours non séquencé. C’est désormais chose faite grâce à des travaux dont les résultats ont été publiés en avril dernier. Et ces derniers pourcentages, considérés autrefois comme de l’ADN « poubelle », contiennent plus que de simples déchets.

génome humain
Crédits : Vic_B/Pixabay

Un vaccin à ARNm contre le cancer de la peau

Suite à l’incroyable succès des vaccins à ARNm anti-COVID-19, de nombreux travaux ont rapidement exploré le potentiel de la technologie dans d’autres conditions, et notamment le cancer. Récemment, une équipe de Moderna s’est concentrée sur le mélanome. Les premiers résultats d’un essai avancé a cette année révélé que 44% des patients s’en sortent mieux que ceux qui ne reçoivent que des traitements conventionnels.

Les essais de phase 3 pour ce vaccin personnalisé contre le cancer de la peau à ARNm commenceront dès 2023.

vaccin omicron moderna pfizer
Crédits : spencerbdavis1 /Pixabay

Premier enregistrement d’un cerveau humain mourant

Alors que des médecins surveillaient les ondes cérébrales d’un homme de 87 ans atteint d’épilepsie, à l’affût d’une crise potentielle, le patient est soudainement décédé sur la table d’une crise cardiaque. L’équipe a profité de cette opportunité malheureuse pour analyser les « 30 secondes avant-après » l’arrêt du cœur du patient.

Ces derniers auraient alors détecté une activité accrue dans des types d’ondes cérébrales connues sous le nom d’oscillations gamma. Elles sont impliquées dans des processus tels que le rêve, la méditation et la récupération de la mémoire, ce qui donne un aperçu de ce qu’une personne pourrait vivre au cours de ses derniers instants de vie.

rêves les plus courants
Crédits : Bessi/pixabay

Première approbation de greffes de selles au monde

À l’intérieur de vos intestins se trouve une communauté florissante de milliards de microbes qui jouent un rôle clé dans notre santé. Pour être pleinement opérationnel et efficace, ce microbiote doit être diversifié. Chez les personnes dont le microbiote est gravement endommagé, une greffe de selles prélevées chez un individu sain pourrait ainsi permettre de changer la donne en introduisant de nouvelles communautés microbiennes. Cette année, un premier grand pas a été franchi avec une première greffe officiellement approuvée en Australie.

Pour l’heure, la thérapie approuvée concerne seulement l’infection par la bactérie Clostridioides difficile, jugée très grave et potentiellement mortelle, mais elle pourrait un jour s’étendre à d’autres conditions.

greffe fécale selles percées médicales 2022
Crédits : Steve Gschmeissner

Première transplantation cardiaque porc-humain au monde

En janvier, des chirurgiens de la faculté de médecine et du centre médical de l’Université du Maryland avaient annoncé avoir effectué la première greffe réussie d’un cœur de porc génétiquement modifié chez un humain. L’homme, âgé de 57 ans, était atteint d’une maladie cardiaque en phase terminale. Trop malade pour bénéficier d’une transplantation cardiaque classique, il s’était s’est vu proposer ce traitement expérimental en dernier recours pour lui faire gagner un peu plus de temps.

L’homme a survécu près de deux mois avec ce nouveau cœur de porc avant de finalement mourir d’une insuffisance cardiaque. Les chercheurs à l’origine de la procédure s’interrogent toujours sur les causes de ce décès, mais un virus porcin pourrait en être à l’origine.

coeur humain porc percées médicales 2022
Crédits : deborabalves/Pixabay
Brice Louvet

Rédigé par Brice Louvet

Brice est un journaliste passionné de sciences. Ses domaines favoris : l'espace et la paléontologie. Il collabore avec Sciencepost depuis près d'une décennie, partageant avec vous les nouvelles découvertes et les dossiers les plus intéressants.