in

Les plantes d’intérieur améliorent-elles réellement la qualité de l’air ?

Crédits : Pixabay

Une étude suggère que nous avons surestimé la capacité des plantes à améliorer la qualité de l’air de nos intérieurs. Le mieux est encore d’ouvrir les fenêtres.

Des études antérieures ont déjà suggéré que les végétaux étaient capables de “purifier” l’air de nos maisons. Les végétaux éliminent en effet certaines toxines, absorbent du CO2 et rejettent de l’oxygène. Mais la majorité de ces travaux ont été menés en laboratoire dans des chambres scellées. Autrement dit, dans des lieux qui ne reflètent absolument pas les environnements de nos maisons.

Chez vous, il y a régulièrement un échange d’air avec l’extérieur. Vous utilisez également des produits émetteurs de composés volatils. Certains peuvent être éliminés assez facilement, et d’autres sont plus coriaces.

Dans ce nouvel effort, une équipe de chercheurs américains a passé en revue une douzaine d’études. Ils ont adapté les paramètres pour qu’ils reflètent véritablement les conditions environnementales de nos intérieurs. L’idée consistait ensuite à comparer la capacité des plantes à améliorer la qualité de l’air à celle d’autres types de ventilation.

Mieux vos ouvrir les fenêtres

Il ressort de cette étude que, pour “purifier” l’air de nos intérieurs, nous ne devrions finalement pas trop compter sur les plantes.

« Le meilleur moyen d’avoir une maison saine est d’essayer de réduire les émissions intérieures, de bien ventiler (en particulier pendant la cuisson), et d’utiliser des systèmes de filtration pour certains polluants (par exemple, les particules) », explique Michael Waring, de l’Université Drexel.

Rappelons également qu’une étude publiée il y a quelques semaines a suggéré que le fait de cuisiner pouvait entraîner une pollution intérieure supérieure à celle de Londres. Là encore les plantes ne peuvent rien faire. Il est donc nécessaire d’utiliser une hotte, si vous en avez une, et d’ouvrir les fenêtres.

plantes
Crédits : Pixabay

Plantes et bien-être

Cela ne veut pas dire que les plantes ne “servent à rien”. Disons que leur pouvoir est en réalité très limité. Pour vous donner une idée, dans un petit bureau, il faudrait entre 100 et 1 000 plantes pour que l’impact sur la qualité de l’air soit aussi efficace que le simple fait d’aérer une fois par heure.

Cela ne signifie pas que vous devriez les abandonner pour autant. Si effectivement elles ne semblent pas trop aider à “purifier” nos intérieurs, les plantes ont en revanche le pouvoir d’améliorer notre bien-être.

En témoigne cette étude menée en 2008 auprès de 385 employés de bureau norvégiens. Dans le cadre de ces travaux, des chercheurs ont mesuré la productivité, l’absentéisme et le niveau de stress ressenti par chaque sujet.

Si aucun lien n’a été établi avec le niveau de stress, la présence des plantes était en revanche positivement reliée à la productivité. Par ailleurs, les chercheurs ont également constaté que plus il y avait de plantes, moins il y avait d’arrêts maladie.

Source

Articles liés :

Dès que la pluie tombe, les plantes “paniquent”

Pourra-t-on bientôt “vacciner” les plantes contre les virus ?

Les mégots de cigarettes nuisent au développement des plantes