in

Les pattes des chiens sont-elles plus propres ou plus sales que nos semelles ?

Crédits : Raymond Shobe / Wikipedia

Les chiens sont interdits dans de nombreux endroits, notamment dans les hôpitaux où l’hygiène se doit d’être irréprochable. C’est toutefois particulièrement gênant pour les personnes ayant besoin d’un chien d’assistance au quotidien. Or, une étude récente estime que bactériologiquement parlant, les pattes des chiens sont plus propres que les chaussures que portent les humains. De quoi faire bouger les choses ?

Des exclusions sans raison valable

Rien qu’en Europe, pas moins de 10 000 personnes ont besoin d’un chien d’assistance pour les accompagner au quotidien. Ces personnes sont sourdes, aveugles, atteintes d’un handicap moteur ou encore d’importants troubles psychiatriques. Selon une publication de l’ONU datant de 2007, les chiens d’assistance devraient pouvoir aller partout. Dans la pratique, les choses sont toutefois beaucoup moins simples. En effet, les maîtres se plaignent souvent de refus pour des questions d’hygiène.

Une étude menée par une équipe de l’Université d’Utrecht (Pays-Bas) et publiée dans la revue Environmental Research and Pyblic Heath le 10 janvier 2021 indique cependant que ces refus n’ont pas lieu d’être. Selon les chercheurs, les chiens sont bien plus propres au moins au niveau des pattes que les semelles de leurs maîtres. Il n’y aurait alors aucune raison valable d’exclure les chiens d’assistance pour des raisons d’hygiène.

chien d'assistance
Crédits : smerikal / Wikipedia

Des résultats en faveur des chiens

Afin d’arriver à cette conclusion, les chercheurs néerlandais ont nettoyé avec un écouvillon (un genre de brosse) les pattes de 25 chiens d’assistance ainsi que les semelles de leurs maîtres. Les analyses se sont focalisées sur la recherche de bactéries fécales communes en extérieur, ainsi que  des bactéries du genre Clostridium, un pathogène à l’origine de diarrhées infectieuses nosocomiales. Selon les résultats, les pattes des chiens étaient plus propres que les semelles de leurs maîtres. De plus, aucune patte de chien ne contenait la fameuse bactérie diarrhéique.

Dans le cadre de ces travaux, 81 % des participants ont affirmé que leur animal était régulièrement refusé dans des lieux publics. Or, ceci est formellement interdit par la loi aux Pays-Bas, tout comme en France et dans une grande partie des pays européens. Comme dit plus haut, ce type de réglementation est vivement soutenue par l’ONU.

À l’heure où les robots domestiques commencement à se démocratiser, nous nous dirigeons peut-être vers un avenir où les chiens d’assistance seront à terme remplacés par des machines. Il serait évidemment dommage que cela se produise, tant les personnes en situation de handicap ou autres peuvent parfois se sentir seules. Or, de nombreuses études témoignent des bienfaits d’avoir un animal de compagnie.