in

Les ovules préfèrent le sperme de certains hommes à d’autres

Crédits : TBIT/Pixabay

Les ovules libérés par les femmes semblent être en mesure de privilégier certains spermes à d’autres dans le but de les féconder, révèle une étude fascinante. Et ce n’est pas nécessairement celui de leur partenaire.

Sur le plan évolutif, le choix d’un partenaire est souvent influencé par des instincts primitifs. Les hommes, par exemple, semblent pouvoir détecter une femme en train d’ovuler simplement en sentant son odeur, tandis que les femmes semblent préférer l’odeur d’un homme aux gènes différents, ce qui pourrait donner à leur progéniture un coup de pouce dans l’échelle évolutive.

Une nouvelle étude fascinante révèle que ces préférences chimiques persistent même après les rapports sexuels.

L’ovule “pas toujours d’accord” avec le choix du partenaire

Les ovules humains utilisent des signaux chimiques pour attirer les spermatozoïdes. Dans le cadre de ces travaux, des chercheurs de l’Université de Stockholm (Suède), du NHS Foundation Trust et de l’Université de Manchester (Royaume-Uni), ont voulu savoir si les fluides folliculaires – qui entourent les ovules et contiennent les récepteurs chimioattractants chargés de “séduire” les spermatozoïdes – de différentes femmes attiraient le sperme de certains hommes plus que d’autres.

Dans cet esprit, des échantillons de liquide folliculaire et de sperme ont été obtenus de couples désireux de suivre un traitement de reproduction assistée (FIV). Les chercheurs ont ensuite étudié les interactions entre différents spermes et différents liquides folliculaires.

Il est ressorti de cette étude, publiée dans les Proceedings of the Royal Society B., que les ovules peuvent effectivement afficher une préférence pour le sperme de certaines personnes par rapport aux autres.

« Le liquide folliculaire d’une femme était plus efficace pour attirer le sperme d’un homme, tandis que le liquide folliculaire d’une autre femme était plus efficace pour attirer le sperme d’un autre homme », explique le professeur Fitzpatrick, à l’origine de ces recherches.

En outre, il semblerait que l’ovule ne soit pas “toujours d’accord” avec le choix de partenaire des femmes. Les chercheurs ont en effet découvert que certains ovules attiraient davantage les spermatozoïdes d’un homme inconnu, au détriment de ceux libérés par leur partenaire.

ovule sperme
L’un des 200 millions de spermatozoïdes du père tente de pénétrer la membrane de l’ovule pour le féconder.

Un choix d’ovule ou de sperme ?

Selon le chercheur, les spermatozoïdes n’ont qu’un seul objectif : fertiliser les ovules. Il n’est donc pas logique d’imaginer que ces derniers soient sélectifs. Les ovules, en revanche, pourraient favoriser certains spermatozoïdes plutôt que d’autres si ces derniers apparaissent génétiquement compatibles, par exemple.

« L’idée que les ovules choisissent le sperme est vraiment nouvelle dans la fertilité humaine, a déclaré Daniel Brison, directeur scientifique du département de médecine de la reproduction à l’hôpital Saint Marys, qui a co-dirigé l’étude. Mieux comprendre la manière dont les ovules et le sperme interagissent fera progresser les traitements de fertilité et pourrait éventuellement nous aider à comprendre certaines des causes actuellement inexpliquées de l’infertilité chez les couples ».

Effectivement, au regard de cette étude, il apparaît que le liquide folliculaire donne aux femmes une chance supplémentaire – longtemps après qu’elles aient choisi leur partenaire – de limiter le nombre de spermatozoïdes qui viendront alors tenter leur chance.

Source